Pfizer, Moderna, AstraZeneca : les Français pourront-ils choisir leur vaccin ?

À l’heure actuelle, plusieurs candidats-vaccins sont à la dernière phase des essais cliniques. Certains semblent avoir fait leur preuve. Quand ils seront distribués, sera-t-il possible d’opter pour le vaccin contre la Covid-19 de son choix ? Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a répondu à cette question que de nombreux Français se posent.

Restez informée

Depuis le début de la pandémie, différents groupes pharmaceutiques se sont démenés pour élaborer un vaccin contre la Covid-19. Dans la liste des laboratoires en question figure Moderna, Novavax, Sanofi, Janssen ou encore Pfizer et BioNTech. Certains sont à l’étape des dernières études cliniques, d’autres comme les vaccins de AstraZeneca ou de Sinopharm ont été autorisés par quelques pays.

Pour l’heure, deux vaccins anti-Covid sont disponibles en France. Le vaccin développé par les laboratoires Pfizer et BioNTech a été autorisé par l’Agence européenne des médicaments (EMA) et la Commission européenne, le 21 décembre dernier. Le deuxième vaccin est celui de Moderna. L’EMA et la Commission européenne ont donné son feu vert pour sa mise sur le marché en Europe, ce 6 janvier. La Haute Autorité de Santé (HAS) a validé à son tour, ce 8 janvier, son utilisation en France. L’autorisation européenne de ce nouveau vaccin a soulevé une interrogation : serons-nous libres de choisir la marque de notre vaccin ?

Covid-19 : pourra-t-on choisir notre vaccin ?

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, invité sur le plateau de BFMTV, ce 7 janvier, a expliqué qu’il ne sera pas possible de choisir la marque du vaccin contre la Covid-19, si le niveau d’efficacité des vaccins disponibles est le même. Ce qui est le cas du vaccin Pfizer/BioNTech, dont l’efficacité est estimée à 95%, et de la formule de Moderna, qui s’est montré efficace à 94,1%. Cette règle est similaire à celle appliquée pour les autres vaccins distribués dans l’Hexagone, tels que le vaccin contre la grippe.

“Aujourd’hui, nous avons deux vaccins validés, deux vaccins à ARN Messager (…) avec la même efficacité, les mêmes indications. Il n’y a pas lieu de poser la question du choix”, a signalé Olivier Véran. Le ministre de la Santé a précisé que la France attend “assez rapidement” trois autres vaccins. “Si les indications sont les mêmes que pour les deux premiers, vous serez vaccinés par l’un ou l’autre, indistinctement, comme ce sera le cas dans le monde entier”, a-t-il spécifié.

Source: Lire L’Article Complet