Présidentielle américaine : Meghan Markle incite les citoyennes à se rendre aux urnes

Depuis que Meghan Markle et le prince Harry ont pris leur distance de la famille royale britannique, ils enchaînent les projets et s’engagent pour des causes qui leur tiennent à cœur. Cette fois, la jeune femme n’a pas hésité à transgresser la neutralité demandée par la royauté pour faire passer un message important concernant le vote, et en particulier les élections présidentielles américaines qui approchent à vitesse grand V.  

Un changement tant espéré 

« Quand je pense au vote et pourquoi il est si important que nous y participions, je me dis que nous honorons toutes celles et ceux qui nous ont précédés et protégeons celles et ceux qui viendront après nous », a-t-elle déclaré lors de l’événement virtuel « When All Women Vote », co-fondé par l’ancienne Première dame des États-Unis, Michelle Obama. Elle a ensuite ajouté qu’elle comptait sur la participation des citoyennes américaines pour qu’un changement s’opère.  

“When I think about voting and why this is so exceptionally important for all of us, I would frame it as: ‘We vote to honor those who came before us and to protect who will come after us,'” the Duchess of Sussex said, kicking off the @WhenWeAllVote #CouchParty on Thursday. pic.twitter.com/oXouUzZb7c

Un changement qu’elle prône, notamment avec l’espoir que le président américain, Donald Trump, soit remplacé, même si elle n’a pas clairement appelé à voter contre lui. Au début du mois d’août, la femme du prince Harry, ayant conservé sa nationalité américaine, avait déjà bousculé le protocole en annonçant son intention de voter aux prochaines élections présidentielles américaines.  

Selon la coutume, les membres de la famille royale ne doivent pas voter pour ne pas mettre la reine en porte à faux, qui est obligée de rester politiquement neutre en tant que chef de l’Etat britannique. Mais, ayant cessé d’y être membre actif de la famille royale, Meghan Markle en profite pour sortir de son silence. Un silence qu’elle avait déjà rompu en juin dernier, en s’exprimant sur la mort de George Floyd, tué par la police, et plus généralement sur le racisme et les violences policières aux Etats-Unis.  

Source: Lire L’Article Complet