Jill Biden se fait passer pour une hôtesse de l’air : le poisson d’avril surprenant de la première dame américaine

Ce jeudi 1er avril, Jill Biden n’a pas échappé à la tradition du poisson d’avril. Lors d’un vol présidentiel, la première dame des Etats-Unis a piégé ses collaborateurs.

Jill Biden

Joe Biden

Malgré ses nouvelles missions à la Maison Blanche, Jill Biden n’en a pas perdu son sens de l’humour. Au cours d’un vol présidentiel, qui rentrait de Californie pour Washington, l’épouse du nouveau président américain Joe Biden, s’est faite passer pour une hôtesse de l’air. Coiffée d’une perruque brune courte et habillée avec le costume intégral arborant un badge au nom de “Jasmine”, Jill Biden, masquée, a servi des desserts aux membres de l’équipage. A bord : les services secrets mais aussi des journalistes. Jill Biden a ensuite révélé sa supercherie en enlevant sa perruque et en criant : “Poisson d’avril !”. Tous les passagers sont tombés dans le panneau !

Le couple présidentiel a investi la Maison Blanche le 20 janvier dernier. Depuis, leur vie n’a pas été de tout repos. Récemment, le 46eme président des Etats-Unis et son épouse ont dû affronter un nouveau coup dur. Selon le site CNN, Joe et Jill Biden ont été contraints de renvoyer leurs chiens à leur domicile de Wilmington, dans le Delaware. La raison ? Un “incident de morsure” impliquant Major, le plus jeune de ses bergers allemands, avec un des membres de la sécurité. Adopté par le couple Biden dans un refuge du Delaware en 2018, le chien de 3 ans était devenu très nerveux depuis son arrivée à la Maison Blanche. Cette décision implique aussi Champ, le plus vieux berger allemand, pourtant “ralenti physiquement en raison de son âge”. Cet épisode a été une épreuve douloureuse pour le couple connu pour être très proche de ses chiens.

Avant les chiens… le vélo !

En janvier, quelques jours après leur déménagement à la Maison Blanche, Joe Biden avait déjà du se séparer d’un objet qui lui est cher : son vélo d’appartement. En effet, si le chef d’Etat, âgé de 78 ans, souhaitait garder la forme pendant son mandat, les services secrets n’ont pas vu cela du même œil. Selon le New York Times, les experts en cybersécurité étaient assez inquiets car l’appareil connecté aurait pu ouvrir la porte à d’éventuels hackers mal intentionnés. En effet, le vélo était équipé d’une tablette, de micros et de caméras. Ces dispositifs high-tech auraient pu permettre à certains d’espionner le nouveau président américain à son insu.

Source: Lire L’Article Complet