Disparition de l'animateur de France 2, Philippe de Dieuleveult : Entre "cachot", "coups de ceinture" et "exécution", son neveu fait de terribles révélations

35 ans après la disparition de l’animateur Philippe de Dieuleveult, son neveu fait de terribles révélations…

Une énigme jamais résolue. Mort accidentellement “par noyade”, voilà le destin tragique de la vedette de France 2 des années 80. Mais cette raison officielle, Alexis de Dieuleveult, ne l’accepte toujours pas et tente, 35 ans après, de le prouver.

Pendant quatre ans, Philippe de Dieuleveult a animé et tourné « La Chasse aux Trésors » sur France 2. Une émission captivante et risquée, qui passionnait l’animateur, jusqu’à ce qu’il se rende en République du Congo, et notamment au-dessus du fleuve Zaïre pour un reportage inédit. Disparu le 6 août 1985, il navigue alors dans la zone dangereuse du barrage de l’Inga… avant de disparaître des radars. Pendant plusieurs semaines, les militaires vont fouiller cette zone, avant de tomber sur un corps, en très mauvais état, qui sera considéré comme étant le défunt. Mais la famille refuse d’y croire et une contre-expertise donnera ensuite raison à celle-ci. Mais malgré ça, l’affaire est immédiatement classée sans suite. Une situation inadmissible et mensongère pour le frère de Philippe de Dieuleveult, qui va pendant 30 ans tenter de découvrir la vérité.

Décédé à son tour en 2015, c’est alors le filleul de l’animateur qui reprend l’affaire et compte bien dévoiler la vérité au grand jour. Selon lui, il s’agit d’une “bavure de l’armée et des services secrets zaïrois”. En effet, comme il le rapporte dans son livre, “les Zaïrois ont été alertés d’une menace d’attaque. Les hommes sur les berges du fleuve Zaïre sont convaincus qu’ils ont affaire à un groupe de mercenaires cubains dangereux. Leur mission : les stopper”. Arrêté vivant avant d’être exécuté, Alexis de Dieuleveult souhaite rétablir la vérité. Maintenant que Zaïre est devenu la République démocratique du Congo, ce dernier n’hésite plus à dévoiler des preuves accablantes dans son livre, notamment les déclarations d’Okito Bene-Bene, un ex-officier des services secrets zaïrois, décédé aujourd’hui, qui affirmait en 1994 dans son ouvrage, “J’ai vu mourir Philippe de Dieuleveult”, avoir assisté à l’exécution de l’animateur…

Selon l’auteur, sept membres de l’expédition auraient bien été arrêtés sur le fleuve Zaïre, “avant d’être jetés au cachot par les hommes du camp de Redjaf“. Ils auraient ensuite été torturés par des agents des services secrets zaïrois. Philippe de Dieuleveult, lui, aurait été supplicié pendant plusieurs heures, au sol, “à coups de ceinturons lesté de plomb avant d’être attachée”, les yeux bandés et exécuté à bout portant d’une balle dans la tête.

À voir aussi : 

La rédaction

Source: Lire L’Article Complet