Ados accros aux jeux vidéo : faut-il s’inquiéter ? Michel Cymes répond

La situation sanitaire actuelle et les restrictions mises en place, sont particulièrement propices à l’exposition aux écrans, et ouvrent la porte à de nombreuses addictions, notamment aux jeux vidéo. Michel Cymes indique les signes qui doivent alerter, et donne des conseils aux parents d’ados accros aux jeux vidéo.

  • Michel Cymes

Plusieurs études ont déjà démontré que les écrans avant le coucher altéraient le sommeil des ados, et que l’usage des tablettes, ordinateurs et autres écrans, devait être limité en fonction de l’âge de l’enfant.

En cette période de crise sanitaire, qui court depuis maintenant plus d’un an, avec la généralisation du télétravail, le confinement, et les restrictions de déplacements, l’exposition aux écrans est inévitable dans de nombreux foyers.

Mais Michel Cymes, au micro d’RTL, veut rassurer les parents qui s’inquiéteraient de voir leurs enfants accros aux jeux vidéo, et assure que “tout n’est pas négatif”.

Les jeux vidéo peuvent être bénéfiques pour les enfants, selon Michel Cymes

Si l’exposition à la lumière des écrans reste à limiter, surtout en fin de journée, le célèbre médecin généraliste explique tout de même que plusieurs travaux affirment que les jeux vidéo pouvaient être “bénéfiques sur le plan cérébral”.

Certains jeux vidéo peuvent en effet faire appel à notre réflexion : “la stratégie, la capacité à réagir rapidement, une certaine forme d’agilité, la motricité, la coordination entre les mains et les yeux, la prise de décision, ou encore la propension à lire et ordonner les événements”, sont autant de stimulations, qui peuvent finalement être bénéfiques pour le cerveau.

À petites doses, ces jeux de stratégie et réflexions peuvent en effet améliorer notamment les capacités mémorielles, comme le révélait une étude américaine, menée par des chercheurs de l’University of California (États-Unis), publiée en 2015.

Addiction aux jeux vidéo : quand faut-il s’inquiéter ?

En réalité, les jeux vidéo deviennent un problème dès lors qu’il y a addiction, comme le signale Michel Cymes. On parle d’addiction lorsque “le comportement devient problématique”, explique le spécialiste.

Pour repérer une addiction aux jeux vidéo, certains signes peuvent alerter comme :

  • votre enfant s’énerve quand vous lui demandez d’arrêter de jouer
  • votre enfant ne respecte plus les horaires de repas à la maison et continue à jouer alors qu’il est l’heure de dîner
  • votre enfant délaisse les autres activités qu’il aimait auparavant
  • votre enfant se renferme et a de moins en moins de relations avec ses copains
  • ou encore, “ses résultats scolaires se dégradent”

Mon enfant est accro aux jeux vidéo : que faire ?

Vous estimez que le temps que passe votre enfant à jouer aux jeux vidéo est trop important, et que cela a un impact sur son état d’esprit, et la vie de famille ? Si l’aide d’un tiers, comme un thérapeute peut aider dans certains cas “pathologiques”, d’autres solutions existent, précise Michel Cymes.

Le dialogue parent – enfant est la première chose à tenter. “On peut commencer à s’intéresser aux émotions de l’ado, l’inciter à les exprimer : quel plaisir il éprouve quand il joue ? Quelle place le jeu a dans sa vie, selon lui ?”, propose le médecin généraliste, dans sa chronique quotidienne sur RTL.

“Vous pouvez même aller jusqu’à lui demander de vous initier à sa passion. En allant sur son terrain, vous aurez moins de mal à l’amener ensuite sur votre terrain, celui des jeux de société, et des questions qui peuvent fâcher…”, conseille-t-il.

Source: Lire L’Article Complet