Vaccin et traitement contre la Covid-19 : où en est la recherche ?

Un vaccin ou un traitement contre le coronavirus sera-t-il bientôt disponible ? C’est la question qui est sur toutes les lèvres. On fait le point sur l’avancée de la recherche.

Restez informée

Depuis le début de l’épidémie de coronavirus, la communauté scientifique internationale toute entière est mobilisée pour trouver un traitement ou un vaccin contre la Covid-19. Si ce travail est long et fastidieux, des pistes prometteuses se dégagent.

Vaccin contre la Covid-19 : où en est la recherche ?

“J’espère toujours pour la fin de l’année de bonnes nouvelles, au plus tard au printemps”. C’est ce qu’a affirmé le ministre de la Santé Olivier Véran début septembre au sujet du vaccin contre la Covid-19. Pour l’heure, les recherches sont encore en cours.

Au total, 30 potentiels vaccins sont actuellement testés à travers le monde. Des tests qui sont plus ou moins avancés : “neuf candidats vaccins sont en évaluation de phase 3”, explique ainsi Stéphane Paul, membre du comité vaccin Covid-19, un groupe de scientifiques mis en place par le gouvernement, sur BFMTV.

La phase 3 est celle qui précède la mise sur le marché et qui permet d’évaluer les bénéfices-risques. Le but ? “Dénombrer les cas de coronavirus dans les différents bras des essais vaccinaux, puis à évaluer si le bras vacciné comporte beaucoup moins de cas de coronavirus que le bras placebo”, précise Stéphane Paul. Ces tests sont actuellement menés sur 150.000 à 200.000 volontaires.

Quid de la disponibilité du premier vaccin contre la Covid-19 ? “On espère avoir les premiers résultats pour quatre de ces vaccins, probablement au mois de novembre pour des essais d’efficacité”, affirme Stéphane Paul.

Traitement contre la Covid-19 : quelles sont les pistes ?

  • La dexaméthasone

Testée dans le cadre de l’essai clinique Recovery, la dexaméthasone, un corticoïde à l’action anti-inflmmatoire, a prouvé son efficacité contre les formes graves de Covid-19. Des résultats dévoilés en juin dernier prouvent qu’elle a réduit d’un tiers les décès chez les personnes atteintes de la maladie placées sous respiration artificielle. Le taux de mortalité a également baissé d’un cinquième chez les patients qui ont reçu de l’oxygène sans être intubés. Quant aux formes légères du coronavirus, les chercheurs n’ont constaté aucune amélioration majeure après la prise de dexaméthasone.

  • Les corticoïdes

Des travaux dirigés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et parus dans le Journal of the American Medical Association en septembre confirment l’efficacité de la dexaméthasone et prouvent également que d’autres corticoïdes courants et bon marché sont utiles pour lutter contre la Covid-19. Les chercheurs ont effectivement constaté que l’administration de corticoïdes réduisait de 20% le nombre de décès chez les patients gravement malades.

Des conclusions qui ont conduit l’OMS à mettre à jour ses orientations cliniques en incluant les corticoïdes. “Nous recommandons l’utilisation de corticostéroïdes systémiques pour le traitement des patients atteints d’une forme grave ou critique de Covid-19”, peut-on lire sur le site de l’institution. Ce traitement n’est cependant pas recommandé chez les patients atteints de formes plus légères de Covid-19.

  • L’anakinra

L’anakinra est un immunomodulateur qui a la capacité de stimuler ou de freiner les réactions du système immunitaire. Selon une étude française publiée dans la revue spécialisée The Lancet Rheumatology en mai dernier, l’anakinra donnerait des “résultats encourageants” dans la prise en charge des formes graves de la Covid-19. Il réduirait ainsi le nombre de décès ainsi que le besoin d’être mis sous respiration artificielle en réanimation pour les formes sévères de la maladie.

Des résultats confirmés en août dernier par des médecins français, qui ont testé l’anakinra sur des patients atteints de formes graves de Covid-19 et qui ont également constaté les effets bénéfiques du médicament.

  • Le tocilizumab

Ce médicament a fait l’objet d’un essai, baptisé Corimuno-Toci, mené par des médecins de l’AP-HP, qui ont partagé des premiers résultats “encourageants” en avril dernier. Les médecins ont constaté que le tocilizumab améliorait significativement le pronostic des patients présentant une pneumonie moyenne ou sévère due à la Covid-19. “On a diminué de façon significative le nombre de patients qui vont en réanimation ou qui meurent, ce qui est important car on sait que quand on va en réanimation, on diminue ses chances de survivre”, précise Olivier Hermine, immunologiste à l’hôpital Necker de Paris sur France Inter.

  • L’hydroxychloroquine

Si une partie de la communauté scientifique met en avant les effets positifs de l’hydroxychloroquine sur la Covid-19, une autre dénonce les risques liés à ce traitement. De nombreuses études ont d’ailleurs été publiées sur le sujet, certaines pointant du doigt un risque de mortalité. Des publication décriées par le Pr Didier Raoult, premier à avoir proposé la chloroquine comme traitement de la Covid-19. Nouveau rebondissement : une méta-analyse parue le 26 août dans la revue Clinical Microbiology and Infection, affirme que l’hydroxychloroquine n’aurait aucun effet positif ou négatif sur la Covid-19.

  • Le remdesivir

Ce médicament s’injecte et attaque directement le virus. C’est ce qu’on appelle un “analogue de nucléotide”. La molécule s’insère dans le génome du coronavirus et le court-circuite pour l’empêcher de se multiplier et se répliquer.

Au Etats-Unis, le remdesivir bénéficie d’une autorisation d’urgence pour le traitement des patients atteints du COVID-19, accordée par la Food and Drug Administration (FDA). En avril dernier, le responsable médical de Gilead, Merdad Parsey, a expliqué que les patients qui avaient des symptômes depuis peu de temps semblaient réagir mieux au remdesivir. Le médicament semblait également avoir un certain bénéfice pour les malades qui étaient dans des états plus critiques.

D’autres résultats publiés en août dernier dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) suggéraient néanmoins que malgré une amélioration de l’état de certain patients, l’importance clinique de cet avantage est incertain.

  • Le SNG001

Appelé SNG001, ce traitement formulé à base d’interféron bêta, et administré par inhalation, serait efficace contre la Covid-19. C’est en tout cas ce que révélaient Synairgen, l’entreprise qui le fabrique et qui a réalisé des essais. Les résultats révèlent que le SNG001 permettrait notamment de réduire l’un des symptômes les plus courants des formes graves du coronavirus qui est l’essouflement. Ce médicament diminuerait ainsi de 79% les risques de complications de la maladie.

D’autres médicaments, parmi lesquels on retrouve des anticoagulants, l’azithromycine, l’EIDD-2801, l’ivermectine, l’Avigan ou encore l’interféron alpha-2b sont également testés dans le traitement de la Covid-19.

A lire aussi :

⋙ Covid-19 et grippe : en quoi la vaccination contre la grippe peut-être un “acte citoyen” ?

⋙ Coronavirus : le vaccin contre la Covid-19 sera-t-il obligatoire ? Olivier Véran répond

⋙ Coronavirus : un quart des Français n’aurait pas l’intention de se faire vacciner

Nos meilleurs conseils chaque semaine par mail pendant 2 mois.
En savoir plus

Source: Lire L’Article Complet