Isolement des malades, fin des attestations : à quoi pourrait ressembler le prochain déconfinement ?

Emmanuel Macron devrait prendre la parole la semaine prochaine pour faire le point sur l’évolution de l’épidémie et du confinement. Le chef de l’État devrait fournir des détails sur le déconfinement prévu en principe le 1er décembre. À quoi pourrait ressembler les prochaines semaines ? On fait le point sur les pistes étudiées par le gouvernement.

Restez informée

Le confinement instauré en France le 30 octobre dernier doit durer au moins jusqu’au 1er décembre prochain. Mais que se passera-t-il après cette date ? La France va-t-elle s’apprêter à sortir de cette période d’isolement ? Selon le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, “nous ne sommes pas du tout au déconfinement, on en est même loin”. “On parle d’une adaptation éventuelle du confinement à partir du 1er décembre, si la situation sanitaire nous le permet”, a-t-il averti ce 18 novembre. À quelques jours de la prise de parole du président Emmanuel Macron, plusieurs hypothèses et scénarios sont envisagés par le gouvernement. Quelles mesures pourraient être mises en place pour cet allégement des restrictions ? Comment pourrait se dérouler un déconfinement “progressif” ou “par paliers” ?

Une réouverture des commerces “autour” du 1er décembre

Le gouvernement envisage une réouverture des commerces non-essentiels “autour” du 1er décembre, “si les indicateurs épidémiologiques suivent la tendance”, a précisé le Premier ministre Jean Castex devant l’Assemblée nationale. Interrogée par BFMTV, la ministre du Travail Élisabeth Borne a précisé qu’elle allait recevoir les représentants des commerçants pour parvenir à un “protocole sanitaire strict”. L’avenir est plus incertain pour les bars, les cafés et les restaurants. Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a assuré qu’ils “ne rouvriront pas début décembre”. Ils devront sans doute attendre le début de l’année prochaine.

Les attestations pour se déplacer seront encore nécessaires

Le Premier ministre a annoncé le 12 novembre lors de son point d’étape, que les attestations de déplacement dérogatoire seront toujours demandées après le 1er décembre. D’après les informations d’Europe 1, la date du 20 décembre marquerait la fin des attestations de déplacement, ce qui permettrait de se réunir en famille à Noël.

Un retour du couvre-feu est envisagé

Le couvre-feu fait parti des pistes étudiées par le gouvernement. Cette mesure avait été évoquée par le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy à la veille du reconfinement, fin octobre. “Le 1er décembre, nous ne serons pas à 5.000 contaminations par jour, il va falloir plus de temps. Le scénario est plutôt d’avoir un confinement d’un mois, de regarder les différents marqueurs, puis de sortir du confinement via un couvre-feu qui pourrait se poursuivre pendant le mois de décembre, éventuellement couvrir Noël et le Jour de l’An, et n’en sortir que début janvier”, a-t-il déclaré au micro de France Inter.

Les rassemblements seront toujours réglementés

Le gouvernement envisage un assouplissement des restrictions pour les cérémonies religieuses à partir du 1er décembre. Cependant, des règles strictes devront être adoptées pour permettre la reprise des offices religieux. À partir du mois de décembre, les mineurs seront également autorisés à reprendre leurs activités sportives en club avec un protocole sanitaire renforcé.

Qu’en est-il des rassemblements pour les fêtes de fin d’année ? Pour l’heure, les rassemblements de plus de six personnes sont interdits. Cependant, le gouvernement pourrait prévoir d’augmenter cette jauge pour les fêtes de Noël et de la Saint-Sylvestre. “Il ne serait pas raisonnable d’espérer pouvoir organiser de grandes fêtes à plusieurs dizaines de personnes, notamment pour le réveillon du 31 décembre”, a indiqué Jean Castex le 12 novembre lors de son point d’étape.

Un contrôle pour vérifier que les personnes malades ou les cas contacts sont isolés

L’assouplissement des restrictions pourrait conduire à une stratégie d’isolement des cas positifs, qui consisterait à “tester, tracer et isoler”. L’exécutif envisage de rendre obligatoire l’isolement des personnes touchées par la Covid-19 et des cas contacts, selon les informations du Monde. L’objectif serait de renforcer les contrôles des patients isolés et d’imposer des sanctions, à savoir une amende, aux individus qui ne respecteraient pas les règles d’isolement. Pour l’heure, cette piste est encore à l’étude.

Source: Lire L’Article Complet