Enfants placés : en foyer ou famille d’accueil, que deviennent-ils ?

Le reportage de Pièces à conviction "Enfants placés : que fait la République", diffusé ce 27 janvier dès 21h05 sur France 3, fait état du sort des enfants placés en famille d’accueil ou en foyer. Après le premier documentaire diffusé en 2019, Adrien Taquet avait reconnu des "dysfonctionnements majeurs dans certains départements". Où en sommes-nous ?

Le placement d’adolescents dans les hôtels, un scandale

Certains adolescents sont parfois placés dans des hôtels où ils sont souvent abonnés et livrés à eux-mêmes. Un terrible drame relance le débat au sein de la protection de l’enfance : la mort d’un garçon âgé de 17 ans, Jesse, assassiné dans son hôtel.

Lyès Louffok avait déjà réclamé davantage de mesures pour mieux protéger les enfants placés : notamment “la présence d’un avocat obligatoire dans les procédures d’assistance éducative, le renforcement du statut de lanceurs d’alertes pour les éducateurs qui dénoncent les violences au sein de l’ASE, l’interdiction des prises en charges hôtelières, le renforcement de la lutte contre la pédo-criminalité, un protocole spécifique du numéro d’appel “Allô enfance en danger”, en cas de violences en institution, et l’obligation de proposition de protection au-delà de 18 ans, avec les Contrats Jeunes Majeurs pour toutes et tous, sans conditions

Plus de contrôles et de signalements ?

Adrien Taquet avait alors demandé “de faire rapidement toute la lumière sur les faits et les témoignages mentionnés dans le reportage“. En outre, il avait réclamé à l’ensemble des préfets de transmettre une description de la procédure de signalements mise en place par le Président du conseil départemental afin que ce dernier “informe sans délai le représentant de l’Etat dans le département de tout événement survenu dans un établissement ou service qu’il autorise, dès lors qu’il est de nature à compromettre la santé, la sécurité ou le bien-être physique ou moral des personnes accueillies“, précise-t-il. Le Secrétaire d’Etat souhaitait également améliorer les contrôles des établissements et lieux d’accueil de l’aide sociale à l’enfance afin de “vérifier qu’il permet de s’assurer que le département remplit ses obligations en matière d’inspection contrôle des établissements accueillant des mineurs dans le cadre de l’aide sociale à l’enfance“. Rappelons que la Haute Autorité de Santé a récemment publié un guide pour mieux repérer et prendre en charge les enfants victimes de maltraitance ou de violences.

  • La HAS publie un guide pour mieux détecter les violences faites aux enfants

    Pour améliorer la détection des violences infantiles et la prise en charge de tous les enfants et adolescents français en danger, la Haute Autorité de Santé met en place un nouveau protocole.

A noter que la Suisse a reconnu sa part de responsabilité dans certaines affaires : des enfants devenus adultes, et qui ont souffert pendant leur placement ont même été dédommagés par l’Etat.

Newsletter

Les informations recueillies sont destinées à CCM Benchmark Group pour vous assurer l’envoi de votre newsletter.

Elles seront également utilisées sous réserve des options souscrites, à des fins de ciblage publicitaire.

Vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d’en demander l’effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

Voir un exemple

Enfin, une autre enquête diffusé en 2020 sur M6, dans Zone interdite mettait en avant, une fois de plus, la maltraitance, le manque d’accompagnement des jeunes sortis de l’ASE, les embauches d’éducateurs spécialisés sans aucune qualification, les violences physiques et sexuelles dont sont victimes ces enfants placés, et dont certains tombent dans la prostitution. En bref, cet autre documentaire, également réalisé en caméra cachée, dans six départements, avait scandalisé autant qu’il avait fait réagir. “Ces images montrent des enfants et des adolescents pris en charge dans des conditions indignes, victimes de violences de la part d’adultes qui devraient prendre soin d’eux et les protéger”, avait reconnu le Secrétaire d’Etat Adrien Taquet, dans un communiqué. “Ces situations témoignent de dysfonctionnements majeurs dans certains départements auxquels sont confiés des enfants”.

Source: Lire L’Article Complet