Déconfinement : ce qu’il va se passer dans les écoles dès la réouverture le 26 avril

Le retour à l’école aura bien lieu à partir du lundi 26 avril, après une semaine de cours en distanciel et deux semaines de vacances. 

En conférence de presse, le 22 avril, le Premier ministre et le ministre de l’Éducation nationale ont détaillé la manière dont s’organisera la reprise et le nouveau protocole sanitaire. 

  • Confinement, couvre-feu : qu’est-ce qu’un motif familial impérieux ?
  • Couvre-feu, confinement : les amendes et peines prévues en cas de non-respect des règles

26 avril : les maternelles et primaires retournent à l’école, les crèches rouvrent

Comme annoncé il y a trois semaines, les écoles (maternelles et primaires) reprendront en présentiel dès lundi 26 avril. Ce jour-là marquera aussi la réouverture des crèches.

Les collégiens et lycéens seront encore en distanciel cette semaine-là.

3 mai : les collégiens et lycéens retournent à l’école, avec un modèle “hybride” 

Les collégiens et lycéens reprendront en présidentiel le lundi 3 avril, mais avec certains aménagements. Avant le troisième confinement, les lycéens fonctionnaient de manière “hybride”, avec des demi-jauges. Ce modèle est reconduit à partir du 3 mai sur l’ensemble du territoire.

Dans les quinze départements où le taux d’incidence est le plus élevé (Bouches-du-Rhône, Nord, Aisne, Oise, Yvelines, Seine-et-Marne, Seine-Saint-Denis, Hauts-de-Seine, Val-d’Oise, Val-de-Marne, Essonne, Paris, Sarthe, Loire et Rhône), les élèves de 3e et de 4e seront aussi en demi-groupes.

Seuls les 6e et les 5e reprendront donc en classe entière.

Tests salivaires et autotests hebdomadaires pour les élèves et le personnel scolaire

“Nous maintenons un protocole sanitaire strict”, a lancé le ministre de l’Éducation nationale. Comme au mois de mars, dès qu’un cas de Covid-19 sera détecté dans une classe, elle sera fermée. Toute la classe est considérée comme cas-contact. L’isolement obligatoire est de sept jours. 

“Il est largement préférable d’avoir 1% des classes de France qui ferment, que d’avoir 100% des écoles, a précise Jean-Michel Blanquer. (…) Nous encourageons aussi les classes en plein air.”

Le port du masque reste obligatoire dès l’âge de 6 ans, avec le respect des gestes barrières. 

Il n’y a pas de changement pour la cantine. “Nous allons quand même, à partir de maintenant, recommander aux parents de ne pas envoyer leur enfant à la cantine quand ils peuvent le faire”, a poursuivi le ministre.

Des tests salivaires seront utilisés dans les maternelles, primaires et collèges. Un objectif de 600.000 tests salivaires hebdomadaires est souhaité par le gouvernement d’ici mi-mai.

Les autotests seront distribués dès le 26 avril au personnel travaillant dans les écoles maternelles et primaires, puis dans les collèges et lycées à partir du 3 mai. Ils en recevront deux par semaine à réaliser à leur domicile.

Dès le 10 mai, les lycéens devront réaliser un autotest par semaine “au sein de l’établissement, dans des lieux dédiés avec du personnel volontaire”, précise le ministre. Pour les collégiens, les autotests sont pour le moment conseillé pour les plus de quinze ans, dans l’attente de l’autorisation de la Haute autorité de santé.

Brevet, baccalauréat et examens de BTS et CPGE maintenus en présentiel

Tous les examens sont maintenus en présentiel. “Au-delà du 2 mai, nous voulons assurer des examens en présence, en assurant des conditions sanitaires strictes”, a déclaré le ministre.

Il s’agit donc du brevet et du baccalauréat, avec les épreuves de philosophie et le grand oral. Les étudiants de BTS et de classes préparatoires (CPGE) passeront aussi leurs examens en présentiel, en mai.

Face aux inquiétudes des élèves et étudiants, le ministre a estimé possible de “prendre en considération les situations particulières”. Le 16 avril, les ministères de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur ont annoncé “à titre exceptionnel, une session de rattrapage pour l’année en cours à destination de l’ensemble des candidats qui n’auraient pas pu valider leur diplôme”.

Ce dispositif concerne les personnes malades ou celles ne pouvant pas se rendre à l’examen. Il s’agira d’oraux en mai et en juin, a annoncé Jean-Michel Blanquer, en ajoutant : “Nous dégageons les moyens supplémentaires pour qu’il y ait un accompagnement personnalisé de chaque élève.”

  • Covid-19 : le variant “double mutant” B.1.617 fait flamber la contagion en Inde 
  • Covid-19 : doit-on continuer à respecter les gestes barrières une fois vacciné ?

Source: Lire L’Article Complet