Contraception gratuite jusqu’à 25 ans : quels sont les moyens de contraception concernés ?

Bonne nouvelle pour les Françaises de moins de 25 ans. Le ministre de la Santé a annoncé, le 9 septembre, que ces dernières pourront bénéficier d’une contraception hormonale gratuite à partir du 1er janvier 2022. Mais quels sont les contraceptifs concernés par cette mesure ? Le préservatif figure-t-il dans la liste ? Explications.

Restez informée

Jusqu’à présent, la contraception était gratuite pour les jeunes filles mineures. À compter du 1er janvier 2022, le remboursement des méthodes contraceptives sera étendu jusqu’à l’âge de 25 ans. C’est ce qu’a annoncé le ministre de la Santé le 9 septembre sur le plateau de l’émission Les 4 Vérités de France 2. Il a expliqué qu’“il y aura une prise en charge de la contraception hormonale, du bilan biologique qui peut aller avec, de la consultation de prescription et tous les soins qui sont liés à cette contraception.”

Le gouvernement a décidé de prendre cette mesure car il a constaté avec les autorités scientifiques “un recul de la contraception chez un certain nombre de jeunes femmes.” Olivier Véran a indiqué que certaines femmes renoncent à la contraception pour des raisons financières. “Ça coûte trop cher. C’est insupportable que des femmes ne puissent pas se protéger, ne puisse pas avoir une contraception si elles en font le choix”, a-t-il ajouté.

Mais pourquoi la gratuité de la contraception a-t-elle été fixée à 25 ans ? Le ministre de la Santé a déclaré que “c’est un âge qui correspond, en termes de vie économique, sociale et de revenu” à “davantage d’autonomie”. “C’est aussi l’âge où l’on va quitter définitivement la complémentaire de santé de son foyer”, a-t-il poursuivi.

Contraception gratuite jusqu’à 25 ans : tous les contraceptifs sont-ils concernés par cette mesure ?

Sur le plateau de France 2, Olivier Véran a parlé de la gratuité de la contraception hormonale. Interrogé par Libération, le ministère de la Santé a spécifié que cela concernerait tous les moyens de contraception actuellement pris en charge à 100% par la Sécurité sociale.

Sur son site, l’Assurance Maladie indique qu’elle prend en charge les pilules contraceptives de première et deuxième générations, les implants contraceptifs, les dispositifs intra-utérins (DIU) ou stérilets en cuivre ou hormonaux et les diaphragmes.

Elle signale également que certaines méthodes contraceptives ne sont pas remboursées. C’est le cas des pilules de troisième et quatrième générations, des patchs contraceptifs, des anneaux vaginaux, des spermicides, des préservatifs féminins et des capes cervicales “qui sont délivrés en pharmacie sur prescription médicale.”

Source: Lire L’Article Complet