VIDEO Affaire des dîners clandestins : Pierre-Jean Chalençon révèle dans TPMP avoir songé à se « flinguer »

Ce mardi 4 mai 2021, dans Touche pas à mon Poste, Pierre-Jean Chalençon a une nouvelle fois évoqué la polémique des dîners clandestins dans laquelle il a été cité. L’ancien acheteur d’Affaire conclue se souvient d’un épisode “traumatisant“. Il aurait songé à commettre l’irréparable.

Pierre-Jean Chalençon

Depuis le 2 avril 2021, Pierre-Jean Chalençon est embourbé dans l’affaire des dîners clandestins. L’ancien acheteur d’Affaire conclue est soupçonné d’avoir organisé un repas, le 1er avril dans son célèbre palais Vivienne avec la complicité du chef Christophe Leroy. Des dîners auxquels des ministres participeraient selon ses propos dévoilés dans un reportage diffusé par la chaîne M6. Son domicile avait alors été perquisitionné. Il avait également été interrogé et placé en garde à vue par la police le 9 avril dernier pour “mise en danger de la vie d’autrui” et “soupçons de travail dissimulé”.

Ce mardi 4 mai 2021, soit un mois plus tard, Pierre-Jean Chalençon révèle une nouvelle fois, cette fois-ci dans Touche pas à mon Poste, que ses propos sur les ministres n’étaient qu’une “boutade” et une “blague”. “J’ai dit à cette journaliste qui m’a appelé indirectement (…) Elle m’a un peu énervé parce qu’elle a fait 6 appels en absence (…) elle m’appelle sur une ligne enregistrée, elle ne me dit pas que la conversation est enregistrée et je me suis énervé (…) à un moment donné je lui dit : ‘D’ailleurs je déjeune régulièrement dans des restaurants clandestins où je croise régulièrement des ministres’. Je n’ai pas dit qu’il s’agissait de ministres en poste”.

“Ça a été traumatisant”

Une conversation qui avait alors été diffusée par la chaîne à l’antenne. Le scandale avait alors éclaté. “Ça a été horrible“, se souvient-il, tout en gardant néanmoins de bons souvenirs de sa perquisition. “Ils (les policiers, ndlr) ont été charmants, ils sont restés 25 minutes, ils m’ont emmené (au commissariat, ndlr), je suis ressorti”. Les forces de l’ordre étaient alors, selon lui, “des garçons délicieux”. “D’ailleurs il y en a un qui était magnifique”, plaisante-t-il. Pour autant, Pierre-Jean Chalençon se souvient avoir songé à commettre l’irréparable. “Ça a été traumatisant (…) tu ne fais rien de mal, tu essayes de t’en sortir (…) il y a un moment, je me suis dit : ‘Je vais me flinguer'”.

Source: Lire L’Article Complet