Dîners clandestins : Pierre-Jean Chalençon a-t-il craqué pour un des policiers pendant sa garde à vue ?

Mardi 4 avril 2021, Pierre-Jean Chalençon était l’invité de Touche pas à mon poste sur C8. L’occasion pour celui qui est accusé d’avoir organisé des dîners clandestins de raconter les coulisses de sa garde à vue, durant laquelle il a rencontré un policier très à son goût !

  • Pierre-Jean Chalençon

Pierre-Jean Chalençon se souviendra longtemps de l’affaire des dîners clandestins. Le collectionneur d’art est en effet accusé d’avoir organisé et des repas payants et illégaux à son domicile parisien, surnommé Palais Vivienne, et situé dans le 2e arrondissement de Paris. Jeudi 1er avril, M6 diffusait dans le 19.45 un reportage dans lequel on voyait de nombreuses personnes s’y rendre et, en voix-off, on entendait l’ancien acheteur de l’émission Affaire conclue (France 2) se vanter de fréquenter de nombreux dîners dits clandestins. Et de préciser qu’il y avait croisé des ministres. De quoi provoquer un véritable tollé alors que la France vivait son troisième confinement en moins d’un an à cause de la crise de Covid-19 et que de nombreux commerces – cafés et restaurants y compris – restaient fermés. Le 8 avril, une perquisition avait eu lieu rue Vivienne et, le lendemain, Pierre-Jean Chalençon était placé en garde à vue.

“Je vais me flinguer” : Pierre-Jean Chalençon a failli craquer pendant l’affaire des dîners clandestins

Mardi 4 mai, Pierre-Jean Chalençon était l’invité de Cyril Hanouna dans Touche pas à mon poste sur C8. L’occasion pour lui de confirmer qu’il avait très mal vécu cet épisode judiciaire. “À un moment, je me suis dit : ‘Je vais me flinguer’. Oui, c’est vrai”, a-t-il admis. “Je me suis demandé ce qu’on me voulait. L’année dernière, c’était pour une affaire de photos, là c’est pour une histoire de dîners… Mais qu’est-ce que j’ai fait de mal ? J’essaie de vivre, j’essaie de survivre !”. Très remonté, Pierre-Jean Chalençon a réitéré son intention de porter plainte contre la rédaction de la chaîne M6. “On n’aurait jamais dû enregistrer cette conversation”, a-t-il estimé. Malgré tout, le quinquagénaire n’a pas eu l’air d’être traumatisé par sa perquisition : “Ils ont été charmants, ils sont restés 25 minutes”. Pas plus que sa garde à vue. Mieux : il semble même avoir craqué pour un policier ! “Des garçons délicieux. D’ailleurs, il y en a un qui était magnifique. J’ai son nom, son prénom, il était superbe… Je l’embrasse d’ailleurs”. Et si au final, tout ça n’était qu’un mal pour un bien ?

Source: Lire L’Article Complet