Valéry Giscard d'Estaing : cette passion pour les femmes qu'il partage avec Jacques Chirac

A l’instar de Jacques Chirac, Valéry Giscard d’Estaing possédait un appartement secret pour recevoir ses nombreuses conquêtes : une garçonnière pour sa deuxième vie loin de l’Elysée.

  • Valéry Giscard d'Estaing
  • Jacques Chirac

De sacrés coquins ces hommes politiques ! Coquins et cachottiers. Nul n’ignorait pourtant la réputation de Don Juan de Valéry Giscard d’Estaing, inexorablement attiré par les plaisirs charnels et surnommé Valéry Folamour par les journalistes du Canard Enchaîné. Et alors que le troisième président de la Ve république a été hospitalisé et placé en réanimation lundi 14 septembre, un ouvrage Une histoire érotique de l’Elysée : de la Pompadour aux paparazzi, nous apprend qu’il a enchaîné les conquêtes et même disposé d’une garçonnière. Lorsque VGE siégeait à l’Elysée, son bras-droit et ministre de l’Intérieur Michel Poniatowski lui aurait loué un studio parisien pour accueillir ses amourettes de manière discrète, lit-on. Mais, malgré les précautions prises pour rester incognito, le chouchou de ces dames aurait été pris en flagrant délit au milieu des années 70, alors qu’il revenait d’une soirée chez son ami le cinéaste Roger Vadim. Un banal accident de la route aurait alerté les policiers, qui l’auraient retrouvé en charmante compagnie alors qu’il devait passer la nuit auprès de son épouse.

Aux bras des plus belles femmes ?

Une histoire originale parmi tant d’autres pour celui qui entretenait beaucoup de relations extra-conjugales et qui aurait même courtisé la séduisante Catherine Martine Denguiadé, épouse de l’empereur de Centrafrique, Jean-Bedel Bokassa. Des rumeurs l’ont même envoyé aux bras de Brigitte Bardot, de l’actrice Cathy Rosier, de la chanteuse Marie Laforêt et même de Sylvia Kristel, qui incarnait la mythique Emmanuelle dans la saga culte du même nom, interdit aux moins de 16 ans. “C’était faux“, avait toutefois objecté la comédienne du film érotique des 70′. Pauvre Anne-Aymone, l’épouse de VGE, qui aurait subi ces vicissitudes sans objecter un mot. “C’est un homme qui a un grand besoin d’affection et d’attentions personnelles“, a-t-elle confié au Parisien, comme pour excuser le comportement de son séducteur de mari. Un mari averti par un autre homme à femmes, Jacques Chirac, qui lui avait lancé : “On peut avoir des histoires, mais il faut toujours revenir à la grotte”.

A lire aussi : Valéry Giscard d’Estaing hospitalisé : qui sont ses quatre enfants ?

Nos meilleurs conseils chaque semaine par mail pendant 2 mois.
En savoir plus

Source: Lire L’Article Complet