« Sortez d’ici » : l’énorme colère d’Olivier Véran, excédé, face aux députés

Ce mardi 3 novembre, Olivier Véran a haussé le ton lors d’une nouvelle intervention à l’Assemblée Nationale. Le ministre de la Santé a en effet perdu son calme lors des débats sur le projet de loi concernant la prolongation de l’état d’urgence sanitaire.

C’est un Olivier Véran très en colère qui s’est exprimé à l’Assemblée Nationale. Ce mardi 3 novembre, les députés étaient réunis pour débattre ensemble du projet de loi concernant la prolongation de l’état d’urgence sanitaire. Quelques heures après le couac de Gabriel Attal au sujet du couvre-feu, les membres du gouvernement semblaient quelque peu sous pression. Si Jean Castex a une nouvelle fois fait entendre sa voix, Olivier Véran a lui aussi poussé un coup de gueule dans l’hémicycle. Alors qu’était évoqué le projet de loi sur la prolongation de l’état d’urgence sanitaire, et qu’il faisait face aux réticences des élus LR, le neurologue de formation a fait part de sa colère.

Le ministre a souhaité revenir sur son déplacement, dans un service de réanimation du Centre hospitalier Sud Francilien de Corbeil-Essonnes (Essonne), effectué dans l’après-midi : “A l’hôpital de Corbeil-Essonnes, pendant près de dix minutes, les soignants nous ont expliqué qu’il fallait une spécialisation pour être capable de retourner un malade du ventre sur le dos lorsqu’il est intubé (…) Ces soignants nous ont aussi raconté la venue des étudiants en renfort et leur capacité à faire face malgré la fatigue et la détresse qui est la leur en cette période, enchaînant jours et nuits, a déclaré Olivier Véran, qui a souhaité alerté les députés de l’opposition sur la situation d’extrême urgence dans les services de réanimation.

“C’est ça la réalité ! Si vous ne voulez pas l’entendre, sortez d’ici !”

Le ministre de la Santé a également souligné que, contrairement à ce que certains ont pu penser, les jeunes n’étaient pas épargnés par le Covid-19 : “Je suis rentré dans deux chambres de réanimation et dans l’une des chambres, il y avait un jeune homme de 28 ans. Dans le coma, intubé et ventilé. Dans la deuxième chambre, il y avait un jeune homme en surpoids âgé de 35 ans”, a-t-il raconté dans un discours bouleversant, avant d’être interrompre par les sifflements de l’opposition. “C’est ça la réalité ! Si vous ne voulez pas l’entendre, sortez d’ici ! Elle est là, la réalité de nos hôpitaux ! Vous êtes en train de débattre de sujets alors que nous devrions débattre pour sauver des vies !“, s’est emporté Olivier Véran, passablement agacé par le comportement de certains députés.

"C'est ça la réalité, si vous ne voulez pas l'entendre, sortez d'ici !", assène @olivierveran en décrivant de jeunes patients actuellement en réanimation.
> Le face à face se durcit entre le gouvernement et Les Républicains#PLF2021 #DirectAN #PJLEUS pic.twitter.com/sUMIDr99F4

“Un décalage total”

Quelques minutes plus tard, le compagnon de Coralie Dubost a une nouvelle fois pointé du doigt le comportement des députés de l’opposition, pour une autre raison. Il a en effet déploré que certains se soient levés pour applaudir l’adoption de l’amendement sur le raccourcissement de l’état d’urgence sanitaire. “Le décalage était totalement total que j’ai décidé de venir dans l’hémicycle ce soir !“, a estimé Olivier Véran. Comme l’a précisé Le Figaro, en l’absence d’un nombre suffisant de députés LREM, les députés de l’opposition sont parvenus à faire voter une prolongation de l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 14 décembre. Le gouvernement, lui, espérait qu’il demeure en vigueur jusqu’au mois de février…

Crédits photos : Stephane Lemouton / Bestimage

Source: Lire L’Article Complet