Saïd Bogota : accusé de tentative d’assassinat, l’acteur de Taxi 5 et Pattaya comparaît aux assises

Depuis ce lundi 13 septembre, Saïd Bogota est jugé aux assises. L’acteur de Taxi 5 et de Pattaya est accusé de tentative d’assassinat.

Saïd Bogota est jugé devant les assises. Ce lundi 13 septembre s’est ouvert le procès de l’acteur de Taxi 5 et de Pattaya, accusé d’enlèvement, de séquestration et de tentative d’assassinat. En 2018, il aurait orchestré le rapt du nouveau compagnon de son ex-petite amie et l’aurait torturé. Selon les déclarations faites devant la cour par les enquêteurs, il aurait été aidé de plusieurs complices. Saïd Bogota l’aurait emmené dans une cave où ils l’auraient forcé à boire de l’acide chlorhydrique. Ses agresseurs lui auraient ensuite tiré dans la tête avec des flashball, puis bombardé de gaz lacrymogène, roué de coups de clef à molette avant de l’asperger d’essence et de l’incendier. "Après les faits, il est resté à l’hôpital pendant trois jours et a ensuite été hospitalisé à domicile pendant un mois, a précisé son avocat", Me Francis Szpiner.

"Il a eu peur de mourir, a ajouté une experte psychologue. Il avait une très forte peur de représailles et souffre d’hypervigilance, il fait des cauchemars et est anxieux." Le jeune homme, victime présumée de l’acteur, s’est aussi exprimé. "J’ai été suivi par un psychiatre pendant un an et demi. J’ai passé une semaine avec lui avant de venir ici. Il m’a donné un traitement. Ça fait un peu de bien", a-t-il déclaré devant la cour. Au tribunal, Saïd Bogota a raconté sa vie et les moqueries qu’il a subies à cause de son handicap. A la barre, il a décrit "le regard des gens, les pointages du doigt, les surnoms qu’on (lui) donne, (sa) mère qui pleure", et comment "il offrait des cadeaux pour avoir des amis". "À quinze ou seize ans, je voulais me suicider, a-t-il résumé avant que sa famille ne prenne également la parole. (…) Je veux être un être humain comme tout le monde, avoir une copine, des enfants, aller travailler, métro, boulot, dodo."

Saïd Bogota a "hyperinvesti cette relation"

"Le sentiment de rejet en lien avec son handicap physique" que l’acteur a éprouvé tout au long de sa vie est "une clé importante pour comprendre son fonctionnement", avance le psychiatre Vincent Mahé. "Imprégné" de cette petite amie, selon ses propres mots, Saïd Bogota a "hyperinvesti cette relation", ajoute le médecin, car "elle venait en écho à des années de désert affectif". Ses proches ont aussi pris la parole. "Ce n’était pas facile pour moi. À l’école, on lui volait ses affaires. Une fois, une maman est venue me dire qu’elle ne voulait pas que Saïd s’assoie à côté de son fils parce qu’il lui faisait peur. Il voulait acheter des gens pour qu’ils s’approchent de lui. Il aimait une fille. Je lui ai donné de l’argent pour qu’il lui achète un bracelet. Mais elle ne l’aimait pas. Elle aimait son copain", a confié sa mère, en pleurs. Le verdict est attendu mardi 21 septembre.

Source: Lire L’Article Complet