Renaud : son frère David Séchan dévoile les origines de « la descente aux enfers » de l’artiste

Ce mercredi 2 juin, TMC diffusait Renaud, mon frère : le chanteur préféré des Français, un documentaire inédit dans lequel s’est confié son frère David Séchan, sur les périodes difficiles traversées par l’artiste.

Il en a été dit, et écrit, des choses sur Renaud, sur son rapport à l’alcool et sur le chemin tortueux qu’il a dû prendre pour remonter la pente. L’artiste a toujours assumé : il s’est noyé dans l’alcool. Il l’avouait à travers une anecdote, au Parisien, en 2016. En septembre 2015, Renaud est attendu en Belgique pour l’enregistrement d’un album. “Je n’ai pas réussi à chanter, confiait l’artiste. J’étais encore à un litre de pastis par jour. J’étais très mal, je titubais, je vomissais, j’avais des vertiges. Je suis allé voir un addictologue”. Le spécialiste lui explique alors que son taux de potassium est “dans le rouge” avant de faire une déclaration choc au chanteur : “Vous risquez un arrêt cardiaque aujourd’hui, demain ou dans huit jours”. Un électrochoc pour Renaud : “J’ai eu très peur. J’ai arrêté de boire aussi sec”. Ce mercredi 2 juin, TMC diffusait Renaud, mon frère : le chanteur préféré des Français, un documentaire inédit dans lequel s’est confié son frère David Séchan, sur les périodes difficiles traversées par l’artiste.

Une séparation, une dépression

Selon le frère du chanteur, la descente aux enfers a commencé bien avant. En 1999, précisément, quand Renaud s’est séparé de sa première femme, Dominique. A l’époque, l’artiste a déjà des démons, des angoisses, entre paranoïas et troubles du comportement. Le couple vacille. “Ça a été un peu la descente aux enfers, qui a amené la rupture du couple. Ce qui est exceptionnel, c’est que c’est un couple qui s’aime, qui se quitte. Je suis très ému d’en parler, parce que c’est la vérité”, se souvient, avec beaucoup d’émotions dans la voix, son frère David Séchan.

La perte de sa “muse” va “générer une dépression”, selon David Séchan, et c’est là que l’artiste a “commencé à boire, trop, alors qu’il ne buvait jamais”. “L’alcool est devenu, sinon un médicament, quelque chose qui l’apaisait, qui l’abrutissait aussi”, révèle David Séchan, encore ému. Le début de longues années à sombrer.

Source: Lire L’Article Complet