Quotidien : un correspondant de l’émission visé par des tirs des talibans à Kaboul

Ce mercredi 8 septembre, pendant la diffusion de l’émission Quotidien, l’un de leurs correspondants actuellement en reportage à Kaboul a dévoilé ses conditions de travail très dangereuses.

Être journaliste sur les terrains n’est pas sans risques. L’un des correspondants de l’émission Quotidien, Wilson Fache, est présent à Kaboul pour réaliser des reportages sur la situation dans la capitale de l’Afghanistan. Pour rappel, les Talibans ont pris le pouvoir depuis le 15 août. Désormais la terreur règne dans les rues et dans l’aéroport où de nombreux citoyens ont essayé de fuir. Afin de suivre l’évolution de ce conflit, le journaliste est allé au plus près des Talibans, comme le dévoilent ses images diffusées ce mercredi 8 septembre dans l’émission.

Dans les vidéos que Wilson Fache a filmées, il a décrit ses conditions de travail très dangereuses. “On est bien arrivés à l’hôtel à Kaboul, un hôtel qui n’est pas aussi sécurisé que je l’espérais” a-t-il commencé par expliquer à Yann Barthès avant d’ajouter : “hier, on s’est pris une rafale de Kalachnikov, côté rue, là où je dormais. Maintenant, je dors côté cour. En espérant que ce soit un peu plus sûr.” Même la presse étrangère est loin d’être à l’abri… Son témoignage fait froid dans le dos.

https://www.instagram.com/p/CTjqGlqIVjs/

A post shared by Quotidien (@qofficiel)

Prince William : son intervention expresse pour sauver une famille afghane des Talibans

Face à la situation actuelle en Afghanistan, de nombreuses personnalités ont réagi sur les réseaux sociaux comme Angelina Jolie. D’autres, ont agi directement sur le terrain. C’est le cas du prince William. Quand l’époux de Kate Middleton a appris que l’officier de marine de l’écuyer royal, Rob Dixon – qu’il avait rencontré lors de sa formation à l’académie militaire de Sandhurst dans le Berkshire – était retenu à Kaboul avec sa famille, il a décidé d’intervenir. Un avion a été affrété pour sauver l’ancien cadet et ses proches. Ils ont été autorisés à embarquer à bord d’un vol à l’aéroport de Kaboul vers la Grande-Bretagne. Selon les propos de Victoria Ward dans un tweet, le prince William “a potentiellement sauvé la vie de plus de 10 femmes et enfants vulnérables”. Un geste que saluent plusieurs internautes dans les commentaires sur Twitter.

Crédits photos : BEST_IMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet