« Gérald Darmanin ment » : cette attaque en bonne et due forme

Invité de l’émission Bourdin Direct ce mercredi 18 novembre sur RMC/BFMTV, Benoît Hamon n’a pas hésité à attaquer Gérald Darmanin, traitant le ministre de l’Intérieur de menteur.

Depuis sa défaite lors de l’élection présidentielle de 2017, Benoît Hamon s’est fait discret. Mais l’homme de gauche fait aujourd’hui un retour remarqué sur la scène politique, et il semble avoir une dent contre Gérald Darmanin. Après avoir traité le ministre de l’Intérieur de “roi des faux-culs” dans le podcast Banana Kust, l’ancien membre du Parti Socialiste s’en est une nouvelle fois pris au locataire de la place Beauvau ce mercredi 18 novembre lors de son interview dans l’émission Bourdin Direct sur RMC/BFMTV.

Mais Darmanin ment. Darmanin ment quand il dit hier ‘grâce à cette loi, une policière qui est l’objet de menaces de viol ne le sera plus’. D’abord, déjà le droit l’empêche et heureusement. Ce n’est pas cette loi qui l’empêchera” s’est exclamé Benoît Hamon face à Jean-Jacques Bourdin. La loi en question à laquelle Benoît Hamon fait référence, et que défend le ministre de l’Intérieur, est la proposition de loi sur la sécurité globale actuellement débattue à l’Assemblée Nationale. Un texte qui prévoit notamment l’encadrement de la diffusion de l’image des policiers et qui très décrié.

Une atteinte aux libertés ?

Depuis qu’il a été présenté, ce projet de loi qui prévoit de punir la diffusion du visage d’un policier ou d’un gendarme lorsqu’il est en intervention est fortement contesté car il porterait atteintes aux libertés fondamentales, dont la liberté de la presse. Il rendrait notamment impossible la dénonciation de violences policières avec preuves visuelles à l’appui. “Dans les usages et dans la pratique, nous savons que cet article de loi empêchera le citoyen d’être correctement informé grâce notamment à la liberté de la presse” s’émeut d’ailleurs Benoît Hamon. Mais l’ancien candidat à la présidentielle n’est pas le seul à ne pas être convaincu par les arguments de Gérald Darmanin en défense de la loi sur la sécurité globale.

Benoît Hamon rappelle ainsi que le texte a été critiqué par le Conseil des droits l’Homme des Nations unies, la Défenseure des droits Claire Hédon, les associations de défense des droits de l’Homme telle Amnesty international ainsi que de nombreuses sociétés de journalistes. “Ils n’arrivent pas à convaincre les rédactions. Trente rédactions signent un appel en commun pour dire ‘vous êtes en train de remettre en cause la liberté de la presse'” pointe ainsi l’invité de Jean-Jacques Bourdin. Regrettant que les libertés individuelles ne cessent de reculer en France, Benoît Hamon conclut : “La baisse des libertés en République ne garantit pas la sécurité”. Qu’importe les “mensonges” énoncés par le ministre de l’Intérieur.

[email protected] sur la loi de sécurité globale: "Gérald Darmanin ment", "il y aura des restrictions de libertés" pic.twitter.com/awaqntUPGO

Crédits photos : Michael Baucher / Panoramic / Bestimage

Source: Lire L’Article Complet