Gabriel Matzneff : contrôle de la contraception, choix du lycée, isolement… révélations d’une autre victime, Francesca Gee

Dans son livre L’Arme la plus meurtrière, Francesca Gee, qui accuse Gabriel Matzneff d’atteintes sexuelles sur mineure, raconte son histoire, similaire à celle de Vanessa Springora. Dans les colonnes de Elle, vendredi 3 septembre 2021, l’ancienne journaliste raconte comment elle est tombée sous l’emprise de l’écrivain.

  • Vanessa Springora

Un témoignage choc. Près de trois ans après l’éclatement de l’affaire Gabriel Matzneff, Francesca Gee se confie à son tour. À travers son ouvrage intitulé L’Arme la plus meurtrière, à paraître le 28 septembre 2021, l’ancienne journaliste qui accuse l’écrivain d’“atteintes sexuelles” alors qu’elle n’était âgée que de 15 ans, et lui 37, raconte son histoire. “Je n’accuse pas Gabriel Matzneff de viol, puisqu’en droit français la définition du viol est très spécifique, et qu’elle ne s’applique pas vraiment à ma situation. Par contre, je tiens à dire à quel point ce personnage a été néfaste et destructeur, pour moi comme pour beaucoup d’autres. Notamment à travers des atteintes sexuelles et du harcèlement”, précise-t-elle, interrogée par l’AFP vendredi 3 septembre 2021.

Francesca Gee compare son vécu à celui de Vanessa Springora. Pour rappel, cette dernière racontait sa relation sous emprise avec Gabriel Matzneff, dans un livre coup de poing, Le Consentement, paru le 2 janvier 2020 aux éditions Grasset. Deux mois après, Francesca Gee avait relaté sa propre histoire dans les colonnes du New York Times. D’après ses déclarations, toutes les maisons d’éditions sollicitées avaient refusé son manuscrit en 2004, près de 30 ans après les faits. Certains éditeurs redoutaient l’influence de l’accusé, rapporte l’AFP.

Une “technique très au point”

Dans une interview accordée au magazine Elle en kiosque vendredi 3 septembre 2021, Francesca Gee, maintenant âgée de 63 ans, revient sur sa rencontre avec Gabriel Matzneff : “J’avais 15 ans, mes parents, tous les deux journalistes, étaient en instance de divorce et je vivais avec ma mère. (…) Nous avons croisé Matzneff dans la rue et ma mère, qui l’avait connu auparavant, l’a invité à dîner”, se souvient-elle. Très rapidement, l’auteur qui ne s’est jamais caché de ses pratiques pédophiles dans ses textes, a attiré l’adolescente dans ses filets. Alors que sa mère était partie travailler, Francesca Gee a reçu un appel de Gabriel Matzneff : “Il m’a fait comprendre qu’il était un écrivain très important, qu’il avait des relations haut placées, il m’a dit que j’étais une jeune fille exceptionnelle… Puis il m’a fixé un rendez-vous”, poursuit-elle, décrivant une “technique très au point”.

Menaces d’assassinat

Francesca Gee raconte avoir été isolée par le prédateur : “Il me coupe de ma famille, de mes amis, de ma vie d’avant. Il perturbe ma scolarité, et je redouble ma première. Avec ses relations, il me fait inscrire au lycée Montaigne, tout près de chez lui. Il m’attend à la sortie le midi, nous allons chez lui, je retourne en classe l’après-midi…”. Gabriel Matzneff ne s’est pas arrêté là : “Quand j’ai 23 ans, il publie ‘Ivre du vin perdu’ dans lequel il menace de m’assassiner”, dénonce-t-elle. Des confidences glaçantes.

Source: Lire L’Article Complet