Disparition de Delphine Jubillar : ces mystérieux prétendants qui intriguent les enquêteurs

Les prétendants de Delphine Jubillar, l’infirmière de 33 ans qui a disparu à Cagnac-Les-Mines, dans le Tarn en décembre 2020, sont aujourd’hui passés au crible par les enquêteurs. Le Parisien a d’ailleurs rencontré l’un d’entre eux samedi 13 mars 2021.

Restez informée

Trois mois sont passés depuis la mystérieuse disparition de Delphine Jubillar. La jeune maman de 33 ans n’a plus donné signe de vie depuis le 15 novembre 2020 dans la soirée : sortie promener ses deux chiens en plein confinement, elle n’est jamais rentrée chez elle. Des battues ont été organisées dans les alentours de son village de Cagnac-Les-Mines, et les professionnels de la brigade nautique de Marseillan ont sondé le Tarn ainsi que plusieurs plans d’eaux. Mais ces recherches minutieuses n’ont rien donné. De nombreuses hypothèses ont été envisagées : celle qui mène au mari, Cédric Jubillar (accusé par un proche qui tient à garder l’anonymat), la piste d’un tueur en série, ou encore celle d’un prétendant qui aurait pu avoir de mauvaises intentions.

En instance de divorce, Delphine Jubillar était en effet inscrite sur des sites de rencontre, où elle avait fait la connaissance d’un homme originaire de Montauban. “Normalement, ils devaient partir ensemble en début d’année”, a confié à Femme Actuelle Maître Philippe Pressecq, l’avocat des proches de Delphine Jubillar, dans une interview publiée mardi 16 mars 2021. Cet homme, qui possédait un sérieux alibi pour la nuit du 15 au 16 décembre 2020 et aucun mobile, a rapidement été mis hors de cause.

Mais il n’était pas le seul à convoiter Delphine Jubillar. Selon Le Parisien, qui lui consacrait un article samedi 13 mars 2021, un prétendant prénommé Simon aurait également attiré l’attention des gendarmes de la section de recherches de Toulouse et de leurs collègues de la brigade d’Albi. Ce père célibataire a été auditionné trois fois après les révélations d’Annick, d’une mère de famille de la ville. Suspicieuse, elle avait affirmé aux enquêteurs qu’il était fou amoureux de l’infirmière, au point d’en être devenu envahissant.

Annick assurait qu’en octobre 2020, lors d’une fête d’anniversaire, celui-ci l’aurait lourdement draguée sous ses yeux. Une piste que les services de police n’ont pu laisser de côté, d’autant plus que le jeune homme de 33 ans a été condamné, lundi 2 novembre 2021, à une amende de 500 euros (dont 400 euros avec sursis) pour avoir agressé un ami de Cédric Jubillar, qui se serait montré trop proche de l’infirmière à son goût…. Contacté par Le Parisien, ce père séparé de la mère de ses enfants affirme avoir été victime d’une “dénonciation mensongère”. “Je n’ai jamais dragué Delphine et je ne me suis jamais approché d’elle et d’ailleurs, je n’ai jamais eu son numéro de téléphone. Lors de la soirée d’anniversaire en question, début octobre, j’étais présent avec mon fils et nous avons quitté les lieux vers 22h30 (…) Au total, si j’ai passé deux ou trois minutes à proximité d’elle, c’est le grand maximum”, a-t-il expliqué. Cet ancien ouvrier possédait également un alibi pour la nuit de sa disparition : “J’ai regardé la télé et je me suis couché, je bossais de bonne heure le lendemain”, a-t-il expliqué. Après de nombreuses vérifications, Simon n’a finalement pas été placé en garde à vue.

Source: Lire L’Article Complet