Pass sanitaire, jauge à 65%, couvre-feu à 23 heures : ce qui change dans les lieux culturels à partir de mercredi

Une bouffée d’oxygène attendue depuis plusieurs mois par le monde de la culture. Pass sanitaire, augmentation des capacités d’accueil dans les salles de cinémas et de théâtres, séances de projections supplémentaires, programmations des théâtres enrichies… Découvrez le détail des assouplissements prévus mercredi 9 juin.

Plus de spectateurs, plus de contrôles

Jusqu’ici, la culture se limitait sagement à une jauge de 35%  de la capacité d’accueil en salle et en festival extérieur. À partir du mercredi 9 juin, le couvre-feu reculera à 23 heures et les capacités d’accueil du public passeront à 65% dans les salles, cinémas et événements en plein air. Une jauge plus généreuse mais limitée à 5 000 personnes qui permettra, tout de même, de patienter jusqu’au retour à la normale prévu pour le 30 juin.

Autre nouveauté : le pass sanitaire. Obligatoire dans les événements intérieurs et extérieurs de plus de 1 000 personnes, le pass sanitaire sera nécessaire pour les spectateurs de plus de 11 ans. Alors avant de profiter du spectacle, il faudra présenter un QR code généré sur l’application #TousAntiCovidEn un flash, la personne chargée du contrôle aura accès aux documents prouvant votre non-contamination ou votre vaccination. Pour cela, il faudra entrer au préalable tous les documents nécessaires sur la fonctionnalité “Carnet” de l’application #TousAntiCovid. Néanmoins, l’utilisation de l’application n’est pas obligatoire et le spectateur pourra présenter directement les différents documents imprimés.

Tout juste adopté, le pass sanitaire est déjà demandé par certains organisateurs d’événements. L’Opéra de Paris a d’ores et déjà décidé de mettre en place ce dispositif de contrôle à compter du 15 juin. L’accès aux spectacles programmés à partir de cette date sera autorisé qu’après avoir montré patte blanche avant l’entrée en salle. Le pass sanitaire s’appliquera entre autres pour le spectacle Roméo et Juliette, prévu du 15 juin au 10 juillet, ainsi que pour l’opéra Tosca, programmé le 18,22 et 25 juin, tous deux à l’affiche de l’Opéra Bastille. 

Une période clé pour les cinémas

Couvre-feu reculé à 23 heures, jauge augmenté et nouvelles sorties : un cocktail prometteur pour les exploitants de cinéma. Avec un couvre-feu à 19 heures et une capacité d’accueil de 35%, le cinéma s’est rapidement senti à l’étroit. Pourtant, lors de la première semaine de réouverture, les machines à pop-corn tournaient à plein régime. A tel point que le magazine Variety a attribué à la France “le meilleur score de réouverture en Europe”.

Mais une semaine plus tard, les difficultés ont fait surface. Du 26 mai au 5 juin, la fréquentation des cinémas a chuté de 50%. Beau temps, jauge et couvre-feu contraignants ont suffit à décourager les foules. Avec un couvre-feu à 23 heures, les exploitants du cinéma espèrent reconquérir les cœurs des spectateurs en ajoutant des séances supplémentaires en soirée. L’occasion pour le public de visionner les dernières grandes sorties comme le gagnant des Oscars, Nomadland, le frissonnant Conjuring 3 ou le blockbuster Cruella.

Au théâtre, davantage de levés de rideau 

Depuis le 19 mai, les planches s’animent, surtout dans le théâtre public. Avec une jauge qui passe de 35 à 65% l’offre va s’étoffer, y compris dans quelques théâtres privés. Reprise des succès comme le Dernier coup de ciseaux (au Théâtre des Mathurins), Le Porteur d’histoire d’Alexis Michalik (Les Béliers) ou le Kean d’Alain Sachs (au Théâtre de l’Atelier). Au Rive Gauche, Le Petit Coiffeur de Jean-Philippe Daguerre, l’auteur d’Adieu Monsieur Haffmann, est de retour à l’affiche. A la Comédie-Française la saison se terminera avec le sourire : Christian Hecq et sa comparse Valérie Lesort proposeront Le Bourgeois gentilhomme à partir du 18 juin.

Source: Lire L’Article Complet