"Le cinéma anglais a du rythme et de l’audace" : Sandrine Bonnaire, présidente du jury de la 30e édition du festival du film britannique de Dinard

Sandrine Bonnaire, Danièle Thompson, Sami Bouajila ou encore Aurélie Saada, l’une des deux membres du duo “Brigitte” : ils font tous partie du jury de la 30e édition du festival du film britannique de Dinard. Six longs métrages y concourent pour le Hitchcock d’or. Pour Hussam Hindi, le directeur artistique du festival, qui quittera ses fonctions après cette édition anniversaire, la grande force du cinéma anglais est son ancrage dans le réel. “C’est un cinéma qui regarde le monde, qui décrit ce qui se passe”.  Un genre qui plaît au public, qui vient très nombreux à chaque projection ou masterclass organisées pendant le festival. 

Sandrine Bonnaire, présidente exigeante

Sandrine Bonnaire apprécie son séjour en Bretagne. La région lui a procuré de bons souvenirs cinématographiques car elle a tourné ici deux fois avec Claude Chabrol. En 1995 La cérémonie et en 1999 Au coeur du mensonge. L’actrice et réalisatrice vient cette fois avec son regard exigeant et passionné pour présider cette édition anniversaire. “Ce que j’attends, c’est qu’un film me transporte totalement” dit-elle. “Même si mon oeil se dédouble, car je connais presque toutes les ficelles du métier. Il est difficile alors d’être neutre sur la vision d’un film. Mais l’idéal, pour moi, est de se laisser embarquer par les émotions, l’histoire, les acteurs..”

Le cinéma anglais lui plaît beaucoup. “Je trouve qu’il y a beaucoup de rythme et d’audace. Il y a une forme de dérision aussi. Le cinéma anglais me fait penser en ce sens au cinéma belge. Il y a vraiment un côté très audacieux. Et puis il y a souvent de bons acteurs. Par exemple dans cette sélection, il y a des films que je n’ai vraiment pas aimés. Mais dans ces films, il y avait de très bons acteurs”

La 30e édition du festival du film britannique de Dinard se poursuit jusqu’à dimanche.

Source: Lire L’Article Complet