Godzilla vs. Kong : Un duel au sommet spectaculaire et épique, notre critique

Disponible en VOD dès ce jeudi 22 avril, Godzilla vs. Kong filme le combat musclé des deux créatures. Un spectacle impressionnant et divertissant. 

Les Titans sont de retour ! Deux ans après l’épique Godzilla II : Roi des Monstres (2019) et quatre ans après Kong : Skull Island (2017), les monstres les plus iconiques du septième-art font leur come-back, aujourd’hui en VOD. L’occasion pour les fans du Kaiju et du Roi des gorilles de découvrir un blockbuster spectaculaire dans lequel les deux créatures entreront en collision. Dernier chapitre du Monsterverse, Godzilla vs. Kong permet ici à Adam Wingard, le cinéaste horrifique derrière You’re Next (2013), Blair Witch (2016) et Death Note (2017) de s’essayer au blockbuster sci-fi. Or, le réalisateur n’a pas renié pour autant son univers, en offrant un spectacle finalement aussi impressionnant que sombre.

C’est d’ailleurs là, l’un des atouts du film, cette patte ayant pour effet de s’inscrire fidèlement dans la cinématographie défendue jusqu’à aujourd’hui par le Monsterverse. A l’instar des précédents volets avant lui, Godzilla vs. Kong témoigne également d’effets spéciaux spectaculaires et d’une photographie travaillée. On notera notamment les mouvements de caméra immersifs d’une scène de duel aquatique ou encore la mise en scène recherchée d’une bataille rocambolesque à travers un Tokyo presque futuriste, baigné de néons. Construite également comme un hommage à l’univers japonais du Kaiju, à travers ses couleurs, cette séquence sera le point culminant du film. L’occasion pour le long-métrage de faire un clin d’œil sympathique à King Kong contre Godzilla, sorti en 1962.

Car c’est aussi cela qui fait le charme du blockbuster : “le match retour” des deux monstres presque soixante ans après leur premier affrontement. D’un point de vue scénaristique, Godzilla vs. Kong sera l’occasion d’aborder davantage leur mythologie ainsi que leurs origines. Une intrigue intéressante, qui mêlée aux différentes trajectoires humaines présentées dans le long-métrage aura pour but d’offrir un film rythmé. La diversité des arcs narratifs permettra aussi de tisser une adaptation presque chorale bien que l’intrigue autour de Madison, l’héroïne incarnée par Millie Bobby Brown, emporte plusieurs faiblesses en termes de crédibilité et d’originalités scénaristiques.

Par ailleurs, bien que Godzilla vs. Kong aborde des pistes intéressantes notamment à travers le personnage de Brian Tyree Henry (Bernies Ayes), celui de Kaylee Hottle (Jia) ou encore à travers la dynamique de Rebecca Hall (Ilene Andrews) et d’Alexander Skarsgard (Nathan Lind), le film a du mal à surprendre, principalement vis-à-vis de ses antagonistes et de son côté parfois manichéen. Ceci étant dit, Godzilla vs. Kong devra s’apprécier pour ce qu’il est, c’est-à-dire un long-métrage popcorn filmant un duel au sommet épique, qui aura le mérite de conclure la trilogie du Kaiju. S’il est dommage que sa sortie en France ne se fasse pas dans les salles obscures, il est certain que le public ne sera pas déçu du spectacle que lui réserve ce blockbuster musclé et explosif. Comme quoi les premiers avis sur Godzilla vs. Kong n’avaient pas menti !

Source: Lire L’Article Complet