"Ça n’est pas simple pour un homme trans de porter un enfant" : le film "The Good Man" bouleverse le festival de Deauville

Le Festival du Film américain de Deauville, qui s’est ouvert ce week-end, fait la part belle aux œuvres françaises labellisées Cannes 2020. A l’instar de A Good Man, de Marie-Castille Mention-Schaar, qui conte le désir d’enfant d’un couple hors norme. En effet, avant d’être un homme, Benjamin s’appelait Sarah. Alors que sa femme, Aude, souffre de ne pas pouvoir avoir d’enfant Benjamin décide que c’est lui qui le portera.

Le casting réunit les comédiennes Soko (vu dans le film La danseuse) et Noémie Merlant (Portrait de la jeune fille en feu) dans le rôle des futurs parents. 

Troublant 

Ce film de fiction  aborde à la fois les questions de la parentalité et de l’identité sexuelle. Un thème cher à la cinéaste. “Ça n’est pas simple pour un homme trans de porter un enfant, on navigue dans ces constructions sociale où c’est la femme qui porte l’enfant“, explique la réalisatrice Marie-Castille Mention-Schaar avant d’ajouter, “j’espère que ça va toucher tout le monde“.

Noémie Merlant et Soko dans “A Good Man” (PYRAMIDE DISTRIBUTION)

Pari réussi, à Deauville des spectateurs sortent très émus de la projection. “Je n’avais jamais vu un thème comme ça et franchement on est bouleversé, c’est très fort“, confie un homme sous le charme. Pour certains, la perte de repères est assez troublante. “C’est un peu difficile d’imaginer que l’enfant sera né avec une mère qui sera son père et qui n’a pas de mère, on atteint les problèmes dont on parle en ce moment avec la PMA“, constate une spectatrice. 

Face à ces doutes et à ces questions de société, la réalisatrice réplique par un message d’amour et d’espoir de voir évoluer les mentalités grâce à la fiction. “Quand on désire un enfant et quand il y a de l’amour tout le reste n’a aucune importance“, assure-t-elle. 

“A good man” avec Soko, Noémie Merlant et Vicent Dedienne en salle le 3 mars 2021.

Source: Lire L’Article Complet