VIDEO. Les moments qui ont changé la vie de Youssoupha

Son arrivée en France de Kinshasa

Youssoupha : Quand je suis arrivé en France, on m’a dit : “Ouais mais la France tout le monde le dit c’est mieux et tout !” Bon j’étais petit je ne savais pas donc du coup je suis arrivé et je suis arrivé un jour d’automne il pleuvait et bon pareil c’est cliché et tout mais je me rappelle de l’atterrissage, c’était la première fois de ma vie que je prenais un avion, le fameux feu UTA et je suis arrivé c’était un peu étrange quand même.

Sa première mixtape  

Youssoupha : J’arrive au bout de mes études, peut-être que je vais basculer dans une vie professionnelle un peu plus ordinaire et je me dis : “Allez je vais quand même laisser une trace discographique en solo” et là je fais ce street CD, cette mixtape qui s’appelait “Éternel recommencement” et là le retour en termes d’estime, en termes de critique, en termes d’accueil, de kiff et tout, il est fracassant.

La création de Bomayé Music 

Youssoupha : Mes deux premiers albums sortent en major et l’accueil critique est remarquable, je suis très content, on est tous très contents mais le succès commercial n’est pas au rendez-vous et donc on me rend mon contrat. J’ai créé mon label par détresse, par instinct de survie et l’instinct de survie, c’est le combat et nous on est Congolais, c’est notre ADN dans mon label puisque je suis avec Philo qui est Congolais aussi, Lassana qui est Malien mais il est devenu Congolais et “Bomayé” c’était le cri d’élan de Mohamed Ali quand il était venu combattre à Kinshasa donc “Bomayé Ali, Bomayé” donc en fait on avait besoin de cet encouragement-là.

Son retour en Afrique 

Youssoupha : Je ne suis pas revenu en Afrique par charité, ça voudrait dire : “Ouais, nan Youssoupha, viens donner du buzz à l’Afrique !” Pas du tout, c’est l’Afrique qui me donne du buzz et de la force et de l’amour et de la lumière. Je ne suis pas venu par militantisme et je le dis encore je suis venu par amour… Et par amour d’abord et je ne le regrette pas parce que ça se passe remarquablement bien.

La sortie de “Neptune Terminus”

Youssoupha : J’ai toujours des titres d’album avec un titre assez premier degré mais beau quand même, mais “À chaque frère”, “Sur les chemins du retour”, “Noir désir”, “Négritude” et là, depuis deux albums, avec “Polaroïd Expérience”, on était déjà dans un truc un peu plus la famille etc. (…) Neptune c’est pour dire, on vient de loin mais on ira loin.

Source: Lire L’Article Complet