Le mythique duo électro français, Daft Punk annonce sa séparation

Les Daft Punk ont annoncé lundi leur séparation dans une vidéo publiée sur YouTube. Vidéo sobrement intitulée “Epilogue”, dont les vues se sont envolées, dès la mise en ligne.

Après 28 ans de carrière, les Daft Punk ont annoncé leur séparation lundi à travers leur vidéo Épilogue. Les Daft Punk, ce sont Thomas Bangalter et Guy Hommem de Montecristo de leurs vrais noms. Avant de devenir chevaliers des arts et des lettres et accessoirement les cyborgs les plus célèbres du monde, ce sont avant tout des potes de lycée.

Avec leur premier groupe de rock, Darlin à défaut de décrocher la célébrité, le futur duo va hériter d’un nom. Une critique du magazine britannique Melody Maker, qualifie leur musique de “daft punky trash”, littéralement “punk idiot”.

Ils rangent alors les guitares et on branche les platines. Dans les raves de Londres, les deux frenchys découvrent peu à peu l’électro et commencent à mixer dans les clubs.

Quatre ans plus tard, le succès mondial de Homework, leur premier album, les pousse petit-à-petit à cultiver le mystère à la fois pour préserver leur anonymat et maintenir l’attention sur leur musique, les Daft Punk adoptent des masques.

Un album en 20 ans

Mais parce qu’ils sont pénalisés en termes de notoriété, ils créent leurs personnages de robots qu’ils ne quitteront plus jamais. À partir de là, toute leur œuvre va se nourrir de science-fiction. Pour les clips de leur album suivant Discovery. Les Daft Punk vont même jusqu’à convaincre Ledji Matsumoto, le créateur du dessin animé Albator, de réaliser un film d’animation d’1h30 aux extraterrestres bleus et futuristes: Interstella 5555.

Les Daft Punk, c’est aussi l’obsession du contrôle: leur collaborateur Eric Chédeville raconte que Thomas Bangalter “lisait les notices de toutes ses machines au moins une fois par mois”. Pas question de déléguer, tous les projets sont autofinancés, autoproduits et contrôlés de bout en bout par les deux artistes.

En plus de 20 ans, les Daft Punk n’auront enregistré qu’un seul album studio avec des musiciens le dernier: Random Access Memories, fruit de cinq ans de travail et véritable lettre d’amour au disco.

Un retour à la musique de son enfance pour Thomas Bangalter dont le papa Daniel Vangarde a produit quelques-uns des classiques de cette époque dont les singles D.I.S.C.O. pour Ottawan.

Source: Lire L’Article Complet