Défilés printemps-été 2021 : Chez Valentino, l’épure subtile de Pierpaolo Piccioli

Point de défilé à Paris, cette année, pour la maison Valentino : le show prêt-à-porter printemps été 2021 a eu lieu à Milan, en présence d’un nombre restreint d’invités, dans un ancien entrepôt industriel en béton brut égayé de fleurs rares. Mais qu’importe, dans le fond, que les mannequins s’élancent ici ou ailleurs quand on sait que le tout était diffusé en direct sur internet ?

Aussi beau en vrai que sur écran

Le moins que l’on puisse dire est que cette fashion week “phygitale” (mi-physique, mi-digitale) est en train de gagner ses galons. Le directeur artistique Pierpaolo Piccioli en apporte la preuve en un show maîtrisé au millimètre, dont on s’aperçoit vite qu’il est conçu pour être aussi beau à voir “en vrai” que sur un écran d’ordinateur. Bien sûr, il y a la performance live de l’artiste Labrinth (connu pour la BO de la série Euphoria) qui vous happe et vous place en tension, voire en attention.

Mais, surtout, il y a les vêtements. Epurés. Allégés. Vaporeux. Dans des tonalités romantiques mais piquantes -du rose, du vert, du orange ou du jaune. L’ensemble pouvant être lu comme un retour à l’essence même de la mode version Valentino : des soies légères, de la guipure, des robes fluides, entre autres. Invité surprise, un jean Levi’s, modèle 517, a été revu par le créateur pour trouver sa place aux côtés d’une blouse virevoltante.

Et puis il y a eu des imprimés fleuris qui, soudain, sonnaient le retour de la vie, de la joie. Jamais les fleurs n’ont semblé nous parler une langue si limpide : hâtons-nous de nous en enivrer. Hâtons-nous de célébrer leur beauté, avant qu’elles ne dépérissent… C’est si simple, et pourtant parfois si compliqué de savoir saisir cet instant. Il en va de même du langage des vêtements, conçus pour accompagner chaque personnalité jusqu’à l’éclosion. Pierpaolo Piccioli a démontré ici, une fois encore, qu’il maîtrise cet art à merveille.

Source: Lire L’Article Complet