Vincent Darré pour Monoprix : "J’ai imaginé un déjeuner sur l’herbe chic et décalé"

Touche-à-tout à l’allure impeccable doublée d’une exubérance calibrée, Vincent Darré est passé du monde de la mode à celui de la décoration avec la facilité des audacieux. Si l’ancien bras droit de Karl Lagerfeld a débuté sa carrière dans la création de vêtements, il transpose désormais son imaginaire solaire, surréaliste et baroque sur les objets. Un univers atypique qui n’a pas manqué d’interpeller Monoprix, qui a décidé de s’associer avec l’iconoclaste designer autour d’une collection capsule exclusive à découvrir dès le 24 mars 2021. 

Marie Claire Maison : comment est née cette collaboration avec Monoprix ?

Vincent Darré : “Mon ancienne assistante Diane Ducasse, à la tête du label DA/DA, vient de sortir une collaboration avec Monoprix. Elle m’a naturellement présenté à l’équipe que j’ai trouvé merveilleuse. Au départ, Monoprix pensait que mon travail était davantage adapté à la période de Noël mais je déteste ce moment de l’année. Je me sens beaucoup plus inspiré par l’été. Ils l’ont compris et m’ont donné carte blanche. La collection sort donc le 24 mars, pour les beaux jours.”

Quelles ont été vos inspirations pour cette collection capsule ?

J’ai imaginé un déjeuner sur l’herbe ensoleillé, chic et décalé qui se situerait entre l’œuvre de Claude Monet, les Fables de la Fontaine et l’univers de Jean Cocteau. Dans ce pique-nique surréaliste, les animaux s’invitent et prennent vie : le pichet devient poussin, la théière devient cygne, le dessous-de-plat tortue, la salière et le poivrier se transforment en coccinelle… Sur les textiles, j’ai voulu des motifs frais, solaires et fantaisistes.

Est-ce important pour vous de faire des collaborations accessibles au grand public ?

D’une manière générale, j’adore les collaborations entre les créateurs et les grandes enseignes, dans la mode ou dans le design. C’est la possibilité de rendre un univers accessible au plus grand nombre. Si le processus de création a été différent de ce que je peux expérimenter d’habitude, cela m’a rappelé de bons souvenirs. Ceux d’une autre vie dans la mode. Comme pour une création de vêtements, j’ai dû établir un plan de collection détaillé et précis. Ensuite, il y a cette fascinante dimension d’instantanéité où l’on met la collection en boutique et elle ne nous appartient déjà plus. 

Vous avez débuté chez Yves Saint Laurent, rejoint Prada, collaboré avec Karl Lagerfeld chez Fendi, comment votre carrière dans la mode longue de 20 ans vous influence-t-elle aujourd’hui ? 

Pour moi, c’est très similaire. Je suis passé d’un univers à l’autre très facilement. Créer des chaussures est aussi difficile que de fabriquer une chaise, il faut qu’elles tiennent et qu’elles soient confortables. Dans la mode ou dans la décoration, je pense l’ensemble comme un scénario dès le début, une histoire racontée de A à Z. La mode m’a surtout appris le sens des couleurs que je n’ai pas peur de marier. 

Quelles sont vos sources d’inspiration “fils rouges” ?

Le surréalisme est une de mes sources d’inspiration majeure. Les artistes tels que Max Ernst, Salvador Dalí, Yves Tanguy ou encore Jérôme Bosch me guident. Je me retrouve dans l’excentricité du style baroque italien et évidemment, Jean Cocteau est mon mentor, je me sens proche de lui. Il me poursuit dans mes travaux. Que ce soit un livre sur un graveur allemand ou des chinoiseries, je multiplie mes recherches pour m’en nourrir et réinventer mes références. La répétition m’ennuie, je préfère le rêve et l’imagination. 

Quels sont vos futurs projets ?

J’ai été contacté par Airbnb pour peindre une fresque en hommage à Jean Cocteau dans une chambre située à Milly-la-Forêt, ville dans laquelle se situe sa maison/musée. J’ai réalisé un livre sur les décors éphémères qui s’intitule Le Petit Théâtre de Vincent Darré. Je prépare une collection de meubles autour du rêve et de la psychanalyse qui sera exposée à la Galerie du Passage à Paris.

Collection Monoprix x Vincent Darré disponible sur le site et en boutique le 24 mars 2021

Source: Lire L’Article Complet