PIMS : ce que l’on sait de cette maladie post Covid-19 qui touche les enfants

Selon Santé publique France, 442 cas de syndrome inflammatoire systémique pédiatrique (PIMS) ont été identifiés dans l’Hexagone de mars 2020 à mars 2021. Cette pathologie rare touche principalement les enfants et les adolescents. Il y a quelques mois, un lien entre cette maladie et la Covid-19 avait été fait. Mais de quoi s’agit-il exactement ?

Restez informée

Lors d’une infection à la Covid-19, les enfants sont généralement atteints par des formes bénignes de la maladie ou asymptomatiques. Ces derniers peuvent cependant être touchés par des manifestations spécifiques de l’infection telles que des signes cutanés ou digestifs.

En avril 2020, des médecins alertaient également sur l’apparition de symptômes inflammatoires semblables à ceux de la maladie de Kawasaki chez des enfants atteints de Covid-19. Il s’agit en fait du syndrome inflammatoire multisystémique chez les enfants (MIS-C), également appelé syndrome inflammatoire multi-systémique pédiatrique (PIMS). Cette pathologie rare touche surtout les enfants ainsi que les adolescents, et provoque des troubles cardiaques.

MIS-C : quelle est cette maladie qui touche notamment les enfants atteints de Covid-19 ?

Dans un point épidémiologique publié le 25 mars dernier, Santé publique France avait révélé que 442 cas de PIMS avaient été recensés dans l’Hexagone de mars 2020 à mars 2021. L’âge moyen des patients est de 7 ans. “Parmi les 384 malades pour lesquels le lien avec la Covid-19 était possible, probable ou confirmé, les PIMS étaient associés à une myocardite pour 278 cas (72%). Parmi les 58 patients sans lien établi avec la Covid-19, une myocardite n’a été retrouvée que chez 5 d’entre eux”, peut-on lire dans le document.

Différents symptômes peuvent alerter sur le MIS-C surtout s’ils surviennent quatre à cinq semaines après une infection à la Covid-19. “Dans 80% des cas il y a des signes digestifs : diarrhées, vomissements, douleurs abdominales. Il y a une fièvre importante. Les enfants peuvent avoir une rougeur aux yeux, conjonctivite, les lèvres asséchées et beaucoup de fatigue”, a expliqué Alexandre Belot, rhumato-pédiatre et membre de l’équipe chargée de surveiller les nouveaux cas de MIS-C pour Santé publique France, au Figaro.

D’après Santé publique France, 196 enfants touchés par le syndrome PIMS ont été hospitalisés en réanimation. Près de 110 jeunes patients ont quant à eux été placés en unité de soins critiques. Un malade âgé de 9 ans est décédé des suites de la maladie.

Une hausse du nombre de cas de MIS-C aux Etats-Unis

Au cours des derniers mois, les hôpitaux américains ont observé une recrudescence de cette pathologie. Selon les Centres américains pour le contrôle et la prévention des maladies, 2.617 cas de MIS-C ont été recensés entre la mi-mai 2020 et le 1er mars 2021 et 33 enfants sont décédés des suites de cette maladie.

“Nous pensons qu’une infection à la Covid-19 peut déclencher cette réponse immunitaire très excessive qui provoque une inflammation dans tout le corps pouvant affecter plusieurs organes”, avait expliqué au site américain Healthline le Dr Christina Gagliardo, spécialiste des maladies infectieuses pédiatriques à l’Atlantic Health System dans le New Jersey.

PIMS : quelles sont les potentielles séquelles de cette pathologie ?

Comment expliquer la hausse des cas de MIS-C aux États-Unis ces derniers mois ? Les médecins avaient avancé plusieurs hypothèses : elle pourrait être liée à l’augmentation du nombre de cas de Covid-19 entraînée par les rassemblements familiaux à Thanksgiving ou encore à Noël. Autre piste : l’exposition répétée à la Covid-19 pourrait déclencher le MIS-C. “Par exemple, si un enfant a été exposé au printemps dernier, puis à nouveau à l’automne ou à l’hiver, mais nous ne pouvons pas l’affirmer avec certitude pour le moment”, avait indiqué à Healthline le Dr Christina Gagliardo.

Si la majorité des enfants se remettent de la maladie, les médecins s’inquiètent des potentielles séquelles qui peuvent lui être associée. “Nous sommes préoccupés par les effets cardiaques à long terme. Nous ne savons pas ce qui peut être déclenché par le MIS-C et qui attend de se manifester à un moment donné dans le futur, et il faudra du temps pour le savoir”, avait souligné le Dr Lawrence Kleinman, pédiatre et professeur à la Rutgers Robert Wood Johnson Medical School.

Une étude publiée en juillet dans le New England Journal of Medicine (NEJM) et rassemblant des enfants de 26 états américains s’était déjà intéressée aux complications du MIS-C. Elle révélait que 92 % des patients présentaient une atteinte du système gastro-intestinal, 80 % une atteinte cardiovasculaire, 76 % une atteinte hématologique, 74 % une atteinte de la peau et des muqueuses et 70 % une atteinte respiratoire. 8 à 9 % des enfants avaient également développé un anévrisme des artères coronaires.

MIS-C : une maladie qui affecte différents organes

Pour tenter d’en savoir plus sur la maladie, d’autres études se sont également penchées sur le sujet. L’une d’elle, publiée en septembre dernier dans la revue EClinicalMedicine, avait suivi 662 enfants atteints de MIS-C entre le 1er janvier et le 25 juillet. Les résultats montraient notamment que :

  • 71% des enfants ont été admis en unité de soins intensifs ;
  • 100% avaient de la fièvre ;
  • 73,7% des douleurs abdominales ou de la diarrhée ;
  • 68,3% des vomissements ;
  • 90% ont subi un échocardiogramme (ECG) et 54% des résultats étaient anormaux ;
  • 22,2% des enfants avaient besoin d’une ventilation mécanique ;
  • 4,4% d’oxygénation par membrane extracorporelle requise (ECMO) ;
  • 11 enfants sont morts.

Cette maladie “peut être mortelle parce qu’elle affecte plusieurs systèmes organiques. Que ce soit le cœur et les poumons, le système gastro-intestinal ou le système neurologique, il a tellement de visages différents qu’il était difficile pour les cliniciens de comprendre au départ”, précisaient les chercheurs.

A lire aussi :

⋙ Covid-19 : en reconnaissant les symptômes de la maladie de Kawasaki, cette maman a sauvé sa fille

⋙ Maladie de Kawasaki et coronavirus : le nombre de cas explose en France, selon une nouvelle étude

⋙ Covid-19 : pourquoi le taux de positivité grimpe-t-il chez les enfants ?

Source: Lire L’Article Complet