Meurtre d’Aurélie Vaquier : son compagnon nie l’avoir tuée

L’identification du corps n’est pas encore officielle, mais aucun doute n’est envisagé, vu la présence d’un piercing et d’un tatouage correspondant à sa description physique. Mercredi, le corps d’Aurélie Vaquier a “très probablement”, selon les termes du procureur, été retrouvé sous une dalle de béton, au domicile conjugal de Bédarieux (Hérault). Cette vendeuse de cosmétiques bio, âgée de 38 ans, était portée disparue depuis le 28 janvier.

Son compagnon, S., âgé de 39 ans, a été arrêté, et placé en garde à vue. Aux enquêteurs, l’homme dit “ne pas comprendre” la présence de ce corps. Une autopsie a été réalisée ce jeudi 8 avril. 

Le compagnon nie son implication

“Jusqu’à présent, il affirme ne pas être impliqué dans le décès de la jeune femme. Il dit ne pas comprendre ce qui a pu se passer et pourquoi ce corps a été retrouvé au domicile du couple”, explique Raphaël Balland, procureur de la République de Béziers, dans un communiqué cité par Le Parisien

La garde à vue du suspect a été prolongée ce jeudi matin. C’est lui qui avait signalé la disparition de sa compagne aux gendarmes, le 23 février. Il avait affirmé qu’elle était partie du domicile à pieds, avec une “petite valise à roulettes, sans destination connue à ce jour”, et sans son téléphone portable. 

Selon S., Aurélie Vaquier lui aurait envoyé un message le 28 janvier, lui indiquant qu’elle partait en “retraite littéraire”. “Elle m’a envoyé un message pour me dire qu’elle voulait prendre l’air, s’isoler un peu pour recommencer à écrire”, avait-il affirmé au Parisien.

Le couple s’était rencontré à l’été 2020, lorsque l’ancien militaire et père de famille a loué une chambre de l’appartement d’Aurélie Vaquier en Air bnb, dans le village de Villeveyrac, mentionne La Dépêche. En novembre dernier, ils se sont installés ensemble dans une ancienne galerie d’art, à Bédarieux. C’est là que le corps de la jeune femme a été retrouvé. 

Un message suspect

Le 13 février, Aurélie Vaquier aurait envoyé un message rassurant à son compagnon via Messenger, lui disant s’être “mise à l’écart pour écart” et lui demandant de ne pas alerter sa famille. Mais les fautes d’orthographe et de syntaxe ont vite laissé penser aux proches de la jeune femme qu’elle n’en était pas l’autrice.

C’est très dur de penser qu’on ne la reverra plus jamais, plus jamais.

“Je revois encore son sourire… C’est très dur de penser qu’on ne la reverra plus jamais, plus jamais”, a réagi l’un de ses frères auprès du Parisien, à la suite de la découverte du corps.

Ce vendredi à 15h, une conférence de presse sera donnée par le commandant de la section de recherches de Montpellier, et le colonel de gendarmerie Charles Guillaume Lacoste. 

  • Mort de Magali Blandin : son mari avait imaginé un féminicide similaire dans un scénario de film
  • “Je vais la tuer, je vais l’enterrer” : Cédric Jubillar incriminé par une personne proche de Delphine Jubillar

Source: Lire L’Article Complet