Lucite : les symptômes à reconnaître et les meilleurs traitements

La lucite (allergie au soleil) se caractérise par une éruption cutanée qui survient dans le cadre de l’exposition au soleil. Nos conseils.

Restez informée

Lucite : de quoi s’agit-il exactement ?

Un peu d’étymologie. Le mot ” lucite ” vient du latin ” lux ” qui signifie ” lumière ” ; le suffixe ” -ite “, quant à lui, fait référence à un phénomène inflammatoire – comme dans ” tendinite “, ” méningite ” ou ” arthrite “.

En langage courant, on parle plutôt d’allergie au soleil : la lucite se caractérise en effet par des éruptions cutanées (petits boutons, plaques rouges…) qui surviennent dans un contexte d’exposition aux rayons ultraviolets émis par le soleil (UVA et UVB).

Il existe plusieurs types de lucites :

  • La lucite estivale bénigne (LEB)

C’est la plus fréquente (et la moins sévère) des allergies solaires : elle touche entre 10 % et 20 % de la population française, en particulier les femmes à la peau claire entre 20 et 35 ans qui représentent 80 % des patients. Cette lucite apparaît moins de 12 heures après l’exposition au soleil, généralement dès les ” premiers soleils ” (aux premiers jours de l’été, par exemple).

Symptômes. Elle se caractérise par des petits boutons rouges plutôt plats (sans relief) qui apparaissent au niveau des zones exposées au soleil : bras, décolleté, dos des mains, au-dessus des pieds et/ou épaules – il est à noter que le visage n’est jamais atteint. L’éruption cutanée s’accompagne généralement de démangeaisons intenses.

Traitement. La lucite estivale bénigne (LEB) disparaît généralement de manière spontanée (comprendre : sans traitement mais à condition de ne plus s’exposer au soleil) en l’espace d’une semaine environ – les démangeaisons, quant à elles, peuvent durer jusqu’à 10 jours. Cette allergie au soleil sans gravité recommence à chaque exposition au soleil mais s’atténue avec le bronzage. Elle récidive en général chaque année.

  • La lucite polymorphe

Elle est beaucoup moins fréquente que la lucite estivale bénigne (LEB) et survient le plus souvent chez l’enfant et le jeune adulte, entre 10 et 30 ans – elle touche autant les hommes que les femmes. La lucite polymorphe survient dès le printemps, avec les premiers rayons du soleil, par beau temps ou ciel couvert. L’éruption cutanée apparaît entre 12 heures et 24 heures après l’exposition au soleil (même à travers une vitre).

Symptômes. La lucite polymorphe peut, comme son nom l’indique, prendre plusieurs aspects différents : des petits boutons roses surélevés (en relief), des larges plaques rouges (comme des piqûres d’orties), des petits boutons rouges qui semblent remplis de liquide (comme de l’eczéma) ou encore des boutons regroupés en forme de cercle.

Les boutons apparaissent au niveau du décolleté, du dos des mains, du dessus des pieds et des bras mais, contrairement à la lucite estivale bénigne (LEB), la lucite polymorphe peut aussi toucher le visage (front, arête nasale, pommettes), le menton, la nuque et derrière les oreilles. Les zones couvertes (torse, cuisses…) ne sont généralement pas affectées.

La lucite polymorphe revient à chaque exposition au soleil, même lorsque la peau est bronzée. Les boutons peuvent même persister jusqu’en hiver, en l’absence d’exposition au soleil. Affection chronique, la lucite polymorphe récidive (et s’aggrave) d’année en année.

Lucite : 3 solutions naturelles à essayer

À savoir. La lucite (lucite estivale bénigne ou lucite polymorphe) est diagnostiquée par le médecin dermatologue. Des examens complémentaires (phototests) pourront être réalisés dans un centre spécialisé en photodermatologie.

Attention ! Les remèdes naturels proposés ci-dessous ne peuvent en aucun cas remplacer un traitement médical. En cas de lucite, le mieux reste encore de consulter son médecin traitant ou son médecin dermatologue.

  • Homéopathie. Si vous avez l’habitude de souffrir de lucite (LEB ou lucite polymorphe), prenez Muriatic Acidum 9 CH (3 granules matin et soir) et Histaminum 15 CH (1 dose 1 fois par semaine) pendant 15 jours avant l’exposition au soleil. En cas de crise (LEB ou lucite polymorphe), prenez Muriatic Acidum 5 CH (3 granules toutes les heures), Apis 5 CH (3 granules toutes les heures) et Urtica Urens 7 CH (3 granules toutes les heures).
  • Phytothérapie. Si vous êtes sujet à la lucite estivale bénigne (LEB), préparez une tisane en mélangeant 30 g de fleurs d’hibiscus séchées, 20 g de fruits séchés de sureau, 20 g de cassis séchés, 20 g de myrtilles séchées et 10 g de citronnelle. Prélevez 2 c. à s. du mélange et laissez infuser 10 min dans 750 mL d’eau bouillante. Filtrez, buvez 2 à 3 tasses (chaudes ou froides) par jour, en commençant au moins 3 semaines avant l’exposition au soleil.
  • Naturopathie. Environ 1 mois avant l’exposition au soleil (si vous avez l’habitude de souffrir de lucite), enrichissez votre alimentation en fruits et en légumes riches en caroténoïdes (patate douce, carotte, potiron, épinards, laitue, abricot…) et en antioxydants (poivron, thé vert, agrumes…). Ceux-ci ” préparent ” la peau au soleil.

À lire :

  • Le grand livre de l’homéopathie – Dr. Dominique-Jean Sayous, éd. Eyrolles
  • Le guide Terre Vivante de la santé au naturel – Dr. Christine Cieur, éd. Terre Vivante

Source: Lire L’Article Complet