Des papillons mâles génétiquement modifiés pour éliminer les femelles

Un groupe de scientifiques a réalisé une étrange expérience pour limiter la reproduction de certains papillons de nuit accusés de ravager les champs et les cultures.

Des papillons génétiquement modifiés

Les chercheurs ont publié les résultats de cette folle étude dans Frontiers, le 29 janvier 2020. Ils y expliquent le déroulé de l’expérience.

Le procédé est en fait plutôt simple. Ils ont récupéré des papillons de nuit mâles (plutella xylostella) et ont changé leur ADN en leur injectant un gène auto-limitant. Lorsque ce gène est transmis à leur progéniture femelle, il empêche la chenille de survivre jusqu’à l’âge adulte, et donc de se reproduire.

Des résultats très prometteurs

Après avoir mené une série d’expériences en laboratoire, les scientifiques ont testé cette méthode sur le terrain. En aspergeant les papillons génétiquement modifiés avec une poudre fluorescente, ils ont pu suivre leurs moindres faits et gestes.

Vidéo: L’activité physique pourrait aider à réduire le retard cognitif des enfants prématurés (Cover Video)

  • Plusieurs centaines de manifestants mobilisés en soutien à la Palestine dans plusieurs villes de France

    Le Figaro

  • Frappé par l’armée israélienne, l’immeuble des médias Al-Jazeera et AP s’effondre à Gaza

    Le Figaro

  • À Paris, la police tente de disperser la manifestation pour la Palestine interdite par la justice

    Le Figaro

  • Selon une étude très sérieuse, les mammifères seraient capables de respirer par l'anus en cas d'urgence

    Gentside

  • À Pékin, applaudissements dans le centre de contrôle après l’atterrissage réussi du rover chinois «Zhurong» sur Mars

    Le Figaro

  • Les occupants du théâtre de l'Odéon veulent maintenir leur action malgré la réouverture

    Le Figaro

  • Malgré la pluie, des touristes déconfinés heureux à Saint Malo

    AFP

  • Conflit israélo-palestinien : calme précaire dans les villes mixtes de l'État hébreu

    France 24

  • «On a l'impression de revenir à la vie normale»: en Grèce, les touristes profitent de la réouverture des frontières

    Le Figaro


  • Plusieurs centaines de manifestants mobilisés en soutien à la Palestine dans plusieurs villes de France
    Plusieurs centaines de personnes se sont réunies à Lille mais aussi à Marseille, Lyon ou encore Toulouse pour une manifestation pro-palestinienne, où les rassemblements se déroulent de manière pacifique. La manifestation prévue dans la capitale a quant à elle été interdite par la justice pour des «risques de troubles» mais plusieurs dizaines de personnes se sont rassemblées, forçant la police à disperser les regroupements.


    Le Figaro


  • Frappé par l’armée israélienne, l’immeuble des médias Al-Jazeera et AP s’effondre à Gaza
    L'armée israélienne a mené une frappe ce samedi 15 mai sur l'immeuble d'une dizaine d'étages abritant les locaux de la chaîne de télévision qatarie Al-Jazeera et l'agence de presse américaine Associated Press (AP) situé dans la bande de Gaza.


    Le Figaro


  • À Paris, la police tente de disperser la manifestation pour la Palestine interdite par la justice
    En dépit de son interdiction par le ministre de l'Intérieur, plusieurs dizaines de personnes sont mobilisées dans la capitale pour une manifestation en soutien au peuple palestinien. Plusieurs milliers de fonctionnaires de police tentent de disperser la foule mobilisée dans le secteur de Barbès.


    Le Figaro

VIDÉO SUIVANTE

Grâce à de savants calculs, ils ont pu démontrer qu’en quelques générations seulement, cela permettait de réduire considérablement la population de ravageurs, et même de l’anéantir complètement s’il le fallait.

Une technique avantageuse

Le principal atout de cette méthode est que cela n’affecte pas les autres espèces présentes dans le même écosystème, contrairement aux pesticides par exemple qui touchent toute la faune et même la flore.

Le professeur Anthony M. Shelton du département d’entomologie de l’Université Cornell, auteur principal de l’étude, a expliqué à Newsweek pourquoi cette technique pourrait être importante pour l’avenir :

L’étude sur le terrain est une étape très excitante. Les résultats indiquent que cette approche biologique est une future option prometteuse pour les agriculteurs pour protéger leurs cultures contre ce nuisible, qui a développé une résistance aux insecticides.

C’est un enjeu essentiel, car ces nuisibles coûtent à l’économie mondiale des milliards de dollars et les pesticides, méthode la plus utilisée aujourd’hui, sont polluants et coûtent cher.

Plus encore, cette technique pourrait permettre d’éliminer certaines espèces de nuisibles suspectées de transmettre des maladies comme la dengue ou le chikungunya.

Source: Lire L’Article Complet