Ces princes et princesses qui ont choisi d'épouser des roturiers, ignorant le protocole

Alors que la princesse Mako a renoncé à son titre de noblesse pour épouser l’avocat Kei Komuro, mardi 26 octobre, retour en images sur les membres de la royauté internationale qui ont fait fi du protocole et scellé leur union avec des roturiers.

Rania vient d’une famille de médecin et grandit à Koweït City avant de poursuivre ses études à l’université du Caire. À 22 ans, la jeune femme d’origine palestinienne rencontre le prince Abadallah, qui la demande en mariage quelques mois plus tard. En 1999, lors de l’intronisation de son mari, la jeune roturière devient l’une des reines les plus engagées et respectées au monde. 

Aîné de la famille Windsor, Edouard VIII devait être roi. Il le sera, durant moins d’un an. Quelques mois après être monté sur le trône, Edouard VIII rencontre Wallis Simpson. L’intéressée est américaine et surtout, en instance de son deuxième divorce. Le roi, également Chef de l’Église Anglicane, veut l’épouser. La bonne société et les politiques britanniques s’insurgent. Edouard VIII abdique par amour et épouse l’extravagante mondaine avec laquelle il restera jusqu’à la fin de sa vie. La couronne revient à son frère Albert, dont l’histoire inspirera le film Le discours d’un roi

Début des années 2000. Kate et William sont camarades à l’ université de Saint-Andrews. Les parents de Kate dirigent une entreprise d’accessoires de fête et autres confettis. Ceux de William ne sont autres que le prince Charles et feu Diana Spencer, dont les mariage et divorces ont ému la planète entière. Surnommée «Waity Katie», Kate attendra dix ans avant d’hériter de la bague de Lady Di, faisant d’elle la fiancée de William (et potentielle future reine d’Angleterre).

Le 19 novembre 1949, le prince Rainier devient Rainier III. Un prince… célibataire. L’homme de Monaco part à la recherche d’une épouse et s’éprend d’une des actrices les plus admirées du moment : l’américaine Grace Kelly, alors muse d’Alfred Hitchcock. Leur mariage en 1956 sera parmi les unions royales les plus iconiques du 20e siècle, avec celui de Charles et Lady Di. 

Ils sont acteurs, coachs sportifs ou anciennes vedettes de télé-réalité. Nombreux sont les princes et princesses qui ont fait fi du protocole pour épouser leur partenaire roturier. La dernière en date n’est autre que la princesse Mako du Japon. Celle-ci a en effet scellé son union avec l’avocat Kei Komuro, le mardi 26 octobre à Tokyo. Un mariage controversé, pour lequel la jeune femme de 30 ans a dû consentir à de multiples sacrifices.

Elle a ainsi renoncé à son titre de noblesse et refusé une prime d’1,3 million de dollars (1,1 million d’euros), accordée aux femmes de la famille royale qui perdent leur statut en se mariant. Le prix à payer pour épouser son «irremplaçable» fiancé, hanté par une sombre affaire d’argent, pour laquelle se déchirent sa mère et son ex beau-père. Un tumulte médiatique qu’ont bien connu d’autres membres de la royauté. Le prince Harry en a lui-même fait les frais. En janvier 2020, ce dernier annonçait quitter ses fonctions royales pour préserver son couple, selon lui malmené par les tabloïds.

En vidéo, chronologie du «Megxit» en onze dates

À écouter : le podcast de la rédaction

10 ans de mariage

Il avait également renoncé à certains de ses titres de noblesse et à ses grades militaires, dans l’optique de protéger son épouse depuis 2018, Meghan Markle, ancienne actrice américaine, métisse et divorcée, des foudres de la presse people. Un départ tonitruant, que les Britanniques ont depuis surnommé le «Megxit». Fort heureusement, d’autres unions de princes, princesses et roturiers n’ont pas été perçues d’un si mauvais œil.

Après huit longues années d’attente, Kate Middleton avait ainsi épousé le prince William, en avril 2011. Issue d’une famille à la tête d’un empire de l’accessoire de fête, la jeune femme a peu à peu conquis les Anglais. Les Cambridge ont par ailleurs célébré, fin avril, leurs 10 ans de mariage. En son temps, Rainier de Monaco avait quant à lui choisi l’actrice Grace Kelly pour dulcinée. Victoria de Suède a pour sa part épousé un coach sportif, Daniel Wellington, tandis que le prince Haakon de Norvège s’est épris de Mette-Marit, une mère célibataire et ancienne toxicomane. Autant de membres de la royauté qui ont choisi d’écouter leur cœur et de moderniser l’image de la famille royale, en dépit de conventions très ancrées.

Source: Lire L’Article Complet