Bouton sur le pénis : quelles sont les différentes causes possibles ?

Ajoutez cet article à vos favoris en cliquant sur ce bouton !

Un bouton sur le pénis est toujours inquiétant. On fait le tour des différentes causes possibles avec le Dr. Isabelle Gallay, médecin dermatologue.

Bouton sur le pénis : ce qui n’est pas grave

Première info : avoir un (ou des) boutons sur le pénis, ce n’est pas forcément grave et ça n’a rien de rare. ” C’est même un motif de consultation masculin assez courant chez le médecin dermatologue ” affirme le Dr. Isabelle Gallay, médecin dermatologue. Au rayon des boutons intimes et masculins bénins, on peut citer :

  • Les grains de Fordyce

Présents sur le prépuce ou le fourreau de la verge, les grains de Fordyce sont semblables à des ” grains de blé ” en relief et en longueur, de couleur blanche. Bénins, ils correspondent à de petites glandes sébacées, et ” peuvent être enlevés au laser s’ils constituent une gène esthétique pour l’homme ” précise le Dr. Gallay.

  • La couronne perlée

Derrière ce nom mystérieux se cache une série de petits boutons blancs-rosés en relief qui entourent la base du gland – comme une couronne, sur une ou plusieurs rangées. La ” couronne perlée ” résulte d’un hyper-développement de certaines glandes du pénis : elle est bénigne. ” En cas de gène esthétique, la couronne perlée peut être ” lissée ” au laser ” rappelle le Dr. Gallay.

Bouton sur le pénis : les infections sexuellement transmissibles (IST)

  • Le papillomavirus

Le papillomavirus (HPV) est ” la ” cause infectieuse la plus fréquente en cas de boutons sur le pénis. On parle de condylomes : concrètement, on observe des élevures sur le gland, le prépuce ou le fourreau. Il peut être question d’excroissances molles – connues sous le nom de ” crêtes de coq ” – de plaques ou de taches, rosées ou brunâtres.

Que faut-il faire ? Un rendez-vous chez le médecin dermatologue s’impose : le docteur prescrira des traitements locaux (crèmes) destinés à soutenir le système immunitaire et à déclencher la destruction de ces lésions. Parfois un traitement par laser (sous anesthésie locale) est nécessaire si l’infection est vraiment étendue.

Attention : pendant toute la durée du traitement, les rapports sexuels devront être protégés (par préservatif) et les partenaires sexuels du malade devront eux-aussi se faire contrôler chez leur médecin dermatologue ou gynécologue ! En effet, certains types de papillomavirus (HPV 16 et 18 notamment) peuvent être responsables de lésions pré-cancéreuses lorsqu’ils infectent la muqueuse génitale féminine, et ils sont largement impliqués dans le cancer de l’utérus.

  • L’herpès

Le virus de l’herpès est responsable du fameux ” bouton de fièvre “, mais pas seulement : sur le pénis, il peut entraîner l’apparition de petites vésicules remplies de liquide et de petites ulcérations rouges superficielles très douloureuses.

Que faut-il faire ? Là encore, il est indispensable de se rendre au plus vite (sous 7-10 jours) chez son médecin dermatologue ou généraliste afin de se voir prescrire un médicament anti-viral local. Il pourra aussi y avoir traitement des partenaires sexuels.

  • La syphilis

Non, elle n’a pas disparu : la syphilis est une infection sexuellement transmissible (IST) qui provoque l’apparition d’un chancre sur le pénis. Ce chancre se présente sous la forme d’un bouton rouge qui devient rapidement une ulcération dure, non-douloureuse, de couleur jaunâtre et cerclée de rouge.

Que faut-il faire ? Filer rapidement (sous 7-10 jours) chez son médecin dermatologue ou généraliste ! Un traitement antibiotique sera nécessaire et il sera indispensable de traiter aussi les partenaires sexuels du malade. Surtout ne pas attendre, car la syphilis peut entraîner des complications dans tout l’organisme…

  • La mycose

La mycose intime n’est pas réservée aux femmes ! Chez l’homme, l’infection mycosique à Candida Albicans se manifeste par des plaques blanchâtres-rosées sur le pénis : elle apparaît lorsque ce champignon (présent de façon naturelle mais en faible quantité sur les muqueuses) se développe anormalement – à la faveur d’une prise prolongée d’antibiotiques ou d’une baisse de l’immunité, par exemple. “ Il est à noter que les femmes sous pilule contraceptive sont plus susceptibles de développer (et donc de transmettre) une mycose intime ” souligne le Dr. Gallay.

Que faut-il faire ? Le bon réflexe : se rendre chez son médecin généraliste ou dermatologue. Le médecin prescrira des médicaments anti-mycosiques par voie locale.

Bouton sur le pénis : les (autres) causes possibles

Un bouton sur le pénis peut avoir de nombreuses origines. Outre les causes déjà mentionnées, on peut aussi citer :

  • Les causes locales : ” un excès d’hygiène et/ou des désinfections trop fréquentes peuvent entraîner des irritations avec des boutons ” note la spécialiste,
  • Les causes inflammatoires : “ le psoriasis, par exemple, peut se manifester au niveau du pénis par des taches rougeâtres-blanchâtres qui ne démangent pas forcément “,
  • Les causes allergiques : ” l’allergie au latex n’est pas rare et elle engendre un eczéma allergique au niveau du pénis avec des démangeaisons (prurit) importantes “,
  • Les pré-carcinomes : ” ces taches rouges légèrement en relief se développent sur le gland et ne disparaissent pas : il est important de consulter lorsqu’une tache persiste sur le gland et ne répond à aucun traitement, car une transformation en tumeur maligne est possible “.

Merci au Dr. Isabelle Gallay, dermatologue à Dijon (21) et Vice Présidente du SNDV (Syndicat National de Dermatologie Vénérologie).

À lire aussi :

⋙ Maladie de Lapeyronie : des médecins découvrent que son pénis se transforme en os

⋙ Jelqing : attention à cette dangereuse méthode d’agrandissement du pénis !

⋙ 7 choses insolites à savoir sur le pénis

Nos meilleurs conseils chaque semaine par mail, pendant 2 mois.
En savoir plus

  • Des menus simples et délicieux
  • Des exercices sportifs ludiques
  • Nos astuces pour vous affiner

Source: Lire L’Article Complet