VIDEO Jean-Edouard Lipa a été victime de menaces de mort après son premier passage dans TPMP

Pour avoir salué le retour de Karim Benzema en équipe de France par un “Vive l’Algérie”, Bernard Montiel a été menacé de mort. Il n’est pas le seul chroniqueur à être victime de lynchage sur les réseaux sociaux.

Jean-Edouard Lipa

Peu de personnalités publiques échappent au phénomène. Au temps des réseaux sociaux, pour la moindre prise de position, parfois des plus anodines, on risque un déferlement de haine, des insultes, et même des menaces de mort. Le cas Benzema, dont le retour en équipe de France fait débat sur les plateaux de télévision, réveille des instincts bien tristes chez certains individus. Bernard Montiel, mercredi 19 mai, en a fait les frais et a été lynché sur Twitter. Sur le plateau de Touche pas à mon poste, Bernard Montiel a applaudi le retour du footballeur dans les rangs de Didier Deschamps et a prononcé à plusieurs reprises : “Vive l’Algérie”. En réponse, le chroniqueur a reçu des menaces de mort. “J’espère que tu finiras décapité, comme un certain professeur français et là moi aussi je dirai vive l’Algérie”, lui a écrit un internaute. Bernard Montiel a, depuis, porté plainte, et le sujet des menaces de mort sur les réseaux sociaux a été évoqué sur le plateau de Cyril Hanouna. Le phénomène n’a pas seulement touché Bernard Montiel.

Ne pas laisser passer

Jean-Edouard Lipa, jeudi 20 mai, a raconté avoir été également victime d’injures et de menaces juste après son premier passage dans TPMP. “Je suis partisan de dire tout ce qu’on pense, souligne l’ancien lofteur. Je comprends parfaitement Bernard. Moi, la première fois que je suis venu dans l’émission, j’avais dit que j’étais contre le voile chez les mineurs. Ça s’est transformé avec des menaces de mort par téléphone.

Le nouveau chroniqueur de TPMP a alors reçu des messages comme “on va crever ta famille”, “on va t’égorger”. Quelques minutes plus tard, toujours au cours du débat, Jean-Edouard Lipa a raconté avoir contacté “des amis policiers” à la suite de ces menaces. Ces derniers avaient alors conseillé au chroniqueur de prendre au sérieux ces menaces et de “tempérer” ses propos sur les plateaux de télévision. “Il y a des gens qui passent à l’acte très vite”, affirme-t-il. Une raison de plus de ne pas laisser passer les insultes et de porter plainte le plus rapidement possible.

Source: Lire L’Article Complet