“Un litige de longue date” entre Valérie Pécresse et Nicolas Sarkozy ? Nadine Morano balance !

Invitée de BFMTV/RMC ce mardi matin, Nadine Morano est revenue sur les tensions entre Valérie Pécresse et Nicolas Sarkozy. Face à Apolline de Malherbe, elle n’a pas caché que leur brouille venait de loin…

C’est toujours la soupe à la grimace chez Les Républicains. Un mois après le score calamiteux de Valérie Pécresse (4,7%) à la présidentielle, les figures du parti tentent tant que mal de se remobiliser pour des législatives à hauts risques. Une tâche d’autant plus compliquée que le conflit entre Nicolas Sarkozy et Valérie Pécresse, qui a récemment refusé le don de l’ex-président pour éponger ses dettes, occupe encore les esprits : « Il y a entre eux un litige, c’est clair« , a ainsi reconnu Nadine Morano ce mardi matin sur RMC/BFMTV, avant de dévoiler un secret de polichinelle : « Je pense que c’est de longue date« .

Car si durant la campagne, Nicolas Sarkozy a notamment reproché à la candidate d’avoir préféré prendre Jacques Chirac comme modèle, l’animosité entre les deux est bel et bien ancienne. « Il ne l’a jamais aimée« , confiait par exemple un lieutenant de l’ex-président il y a quelques mois sur BFMTV. En 2007, lorsqu’il la nomme ministre de l’Enseignement et de la Recherche, le mari de Carla Bruni la considère même comme « une parfaite exécutante sans grand charisme », selon les auteurs du livre Chérie j’ai rétréci la droite, Olivier Beaumont et Nathalie Schuck. « Il l’appelait Madame « Moi-Je » (…) Il la voyait comme une techno chiante et sans aspérités« , confirme un proche de Nicolas Sarkozy dans l’ouvrage. Le soutien de Valérie Pécresse à Alain Juppé lors de la primaire 2016 n’arrangera évidemment rien.

🎙 "Je pense que Nicolas Sarkozy a reçu Valérie Pécresse, lui a donné des conseils et peut-être ne les a-t-elle pas suffisamment écoutés".

Nadine Morano face à Apolline de Malherbe pic.twitter.com/Qm00AwOAKN

>> Découvrez notre diaporama sur les hommes de la vie de Valérie Pécresse

Nadine Morano opposée aux primaires

Résultat, l’investiture de Valérie Pécresse à la présidentielle ressemble à une énorme erreur pour beaucoup de Républicains. Nadine Morano regrette notamment le mode de désignation de la candidate, qui n’a jamais pu compter sur le soutien de Nicolas Sarkozy : « Je le dis très clairement en ce qui me concerne : il n’y aura plus de primaire, je ne soutiendrai plus ce dispositif« , a assuré l’eurodéputée face à Apolline de Malherbe, comparant cela à une « une machine de destruction massive« .

Crédits photos : Capture BFMTV

Autour de

Source: Lire L’Article Complet