Serge Gainsbourg : une ancienne maîtresse livre des nouveaux détails sur la vie du chanteur

Marie, une supposée ancienne maîtresse de Serge Gainsbourg, livre son regard sur le chanteur dans son ouvrage Il était une oie. Un récit dont elle confie quelques détails auprès de Nice-Matin, vendredi 27 août 2021.

  • Serge Gainsbourg

Serge Gainsbourg a longuement partagé sa vie avec Jane Birkin. De cette relation est née l’une des plus belles chansons françaises Je t’aime… moi non plus. Une chanson d’amour que l’auteur-interprète n’a jamais voulu reconnaître comme étant une déclaration d’amour à sa compagne. “C’est une chanson d’amour, c’est tout. Et puis ‘Je t’aime’, pourquoi ‘Moi non plus’ ? Parce que je suis un garçon trop pudique pour dire ‘Moi aussi’“, dévoilait-t-il lors d’un entretien télévisé, dont un extrait a été diffusé dans le documentaire Gainsbourg, toute une vie, diffusé vendredi 26 février 2021 sur France 3. Cette pudeur faisait partie du quotidien que le père de Charlotte Gainsbourg partageait avec sa muse, Jane Birkin. “Serge était d’une très grande pudeur. Les gens s’imaginent qu’il flottait rue de Verneuil à poil, non. Moi je ne l’ai jamais vu à poil debout. C’était quelqu’un d’une pudeur extrême“, a-t-elle confié dans le documentaire.

D’autres l’ont connu différemment. Peut-être un peu plus sombre, un peu moins accessible… Marie, une professeure de français, en a fait partie. Avec Serge Gainsbourg, elle a partagé une liaison, des moments brefs mais mémorables dont elle partage le souvenir dans un livre, intitulé Il était une oie. Au cours de cette relation qui aurait duré trois ans, Marie aurait appris à le connaître. Tout a débuté par une lettre envoyée alors qu’elle était fan du chanteur, puis il y a eu un dîner… “La première fois qu’il m’a invitée à dîner, j’étais sur un petit nuage”, confie-t-elle vendredi 27 août 2021 à Nice Matin.

Des souvenirs difficiles

Mais si la jeune femme était admirative de l’artiste qu’il était, l’horizon s’est rapidement assombri. Marie a alors découvert les côtés sombres de cet homme torturé. “Mais je me suis vite rendu compte que Gainsbourg était devenu Gainsbarre. Il picolait dès le matin (…) il fumait constamment aussi“, se souvient-elle dans son ouvrage. Selon elle, ses excès étaient directement liés à sa rupture avec Jane Birkin. La fin de son histoire d’amour avec sa muse la plus emblématique l’a détruit au point, selon elle, d’être devenu “incapable d’aimer vraiment. Ces souvenirs qui s’entremêlent dans son esprit, et dans son récit, lui laissent désormais une amertume pour cet artiste qui a brûlé sa vie par les deux bouts. “De la compassion aussi, et parfois de la pitié, car il pouvait être minable et ridicule“.

Source: Lire L’Article Complet