Roselyne Bachelot sur ses gardes : « Il peut toujours y avoir un mauvais coup »

Même si elle est ravie que la réouverture des lieux culturels soit bien accueillie par les Français, Roselyne Bachelot ne s’emballe pas concernant l’évolution de la crise sanitaire.

Roselyne Bachelot a accordé une interview au Monde, ce mercredi 9 juin. L’occasion pour la ministre de parler du secteur culturel qu’elle représente au gouvernement et qui a beaucoup souffert de la crise sanitaire liée au Covid-19. Auprès de nos confrères, la femme politique de 74 ans a évoqué avec fierté la réouverture des musées, salles de cinéma et de spectacles, qui a eu lieu le 19 mai dernier. Selon elle, cet événement “a été un moment magique, émouvant”, notamment vis-à-vis de l’accueil offert par les Français aux différents lieux culturels.

Roselyne Bachelot a estimé que les divers artistes, intermittents du spectacle ou techniciens, “ont vraiment joué le jeu” en reprenant leur activité professionnelle, presque comme avant la pandémie. “Il y a une volonté forte de jouer, de chanter, de se produire”, s’est félicitée la ministre, optimiste. S’exprimant au sujet de l’évolution de la pandémie en France, l’ancienne députée a lancé : “Je suis très confiante”, avant de prendre des pincettes. “Bien sûr, il peut toujours y avoir un mauvais coup et nous restons vigilants. Mais le contexte a changé”, a-t-elle poursuivi, ravie que “la vaccination marche très bien”. “Les chiffres (taux d’incidence, etc.) sont en décrue importante”, a enchaîné la politique, qui assure que dès “le 30 juin, on devrait être dans une situation de retour à la normale, avec le maintien des mesures sanitaires (masques, distances etc.)”

Un pass sanitaire mis en place pour “rassurer” les Français

“Seuls les événements de plus de 1 000 personnes resteront dérogatoires, avec l’obligation d’un pass sanitaire, a souligné Roselyne Bachelot. D’ailleurs ce dernier permettra, d’après la ministre de la Culture, de “rassurer les populations qui pouvaient craindre de venir dans des manifestations où elles se retrouveraient à proximité de gens qui pourraient les contaminer”.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias

Crédits photos : Jacques Witt/Pool/Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet