PPDA accusé de viol : “ambiguïté”, “bisous dans le cou”… sa défense dans “Quotidien” peine à convaincre les téléspectateurs

Mercredi 3 mars 2021, Patrick Poivre d’Arvor était invité sur le plateau de Quotidien pour réagir aux accusations de viol qui pèsent contre lui. Si le célèbre journaliste a catégoriquement réfuté les faits, ses explications n’ont pas tout à fait convaincu les téléspectateurs, très nombreux à avoir réagi sur les réseaux sociaux.

  • Patrick Poivre d'Arvor

Je voulais dire ma vérité ce soir.” Mercredi 3 mars 2021, Patrick Poivre d’Arvor s’est rendu sur le plateau de Quotidien – émission animée par Yann Barthès sur TMC – pour répondre des accusations portées à son égard par l’écrivaine Florence Porcel. Cette dernière a porté plainte contre le célèbre journaliste pour des faits de “viols aggravés” commis entre 2004 et 2009. Devant les caméras, celui que l’on surnomme PPDA a catégoriquement démenti les dires de son accusatrice, contre qui il a porté plainte à son tour. Il a ainsi affirmé qu’il “ne s’est jamais rien passé” et que ses quelques entrevues avec Florence Porcel se sont toujours déroulées “dans un cadre professionnel”. L’ancienne star du journal télévisé de TF1 a évoqué sa “grande colère” face à ces propos qui, selon lui, “ne tiennent pas la route”, assurant que la jeune femme avait fait “une fixation” sur lui. Patrick Poivre d’Arvor est également revenu sur le livre Pandorini, dans lequel l’autrice aurait “construit une fiction” totale. Toujours selon lui, Florence Porcel aurait d’ailleurs décidé de déposer plainte après avoir constaté que son ouvrage “ne se vendait pas trop”.

Interrogé au sujet des témoignages de ses anciennes collègues, qui évoquent “une ambiguïté” dans leurs relations professionnelles et des comportements plus que douteux de sa part, Patrick Poivre d’Arvor assure que tout n’est qu’“invention”. Mais le journaliste a toutefois estimé que les choses étaient perçues différemment à son époque. “Ce comportement, où il y avait parfois des petits bisous dans le cou, des petits compliments, du charme ou de la séduction, n’est plus accepté par les jeunes générations, concède-t-il. S’il “regrette” cette attitude et reconnaît avoir “peut-être dragué”, PPDA considère n’avoir jamais “fait de drague lourde”. Des explications qui n’ont absolument pas convaincu les téléspectateurs de TMC, nombreux à avoir exprimé leur indignation sur les réseaux sociaux.

Les internautes totalement révoltés par les propos de Patrick Poivre d’Arvor

“‘Ah oui l’ambiguïté…’ : cette phrase résume assez bien cette (longue) interview”, “Catastrophique interview. Lui, sur la défensive et incohérent dans ses propos (en plus de tout mélanger) et Barthès qui ne sert à rien d’autre que de laisser son invité servir sa soupe. C’est quoi cette émission ?”, “J’ai zappé pour pas voir la gueule de Sarkozy monté sur ressorts et je tombe sur PPDA qui nous explique que tout ce qui lui arrive c’est à cause de son charme et de sa notoriété. Pourquoi j’allume encore la télé moi”, “PPDA qui chouine sur Quotidien c’est juste ignoble. Sans compter qu’il lâche tranquille que la bonne époque des petits bisous dans le cou de la stagiaire lui manque…”, “Victimisation, discrédit, ‘on ne peut plus draguer’, écrans de fumée, ‘je soutiens la libération de la parole’, ‘tribunal des réseaux sociaux’… On aurait dû faire un jeu à boire”, “PPDA qui sort dans le plus grand des calmes qu’il comprend que nous vivons dans une époque où les bisous dans le cou ne sont plus tolérés”, “Mr PPDA vous avez ‘dragué’ en faisant des ‘bisous dans le cou’ ? Je suis désolée mais si, c’est de la drague lourde surtout venant d’un homme plus âgé avec du pouvoir, quoi que vous en dites”, “‘Parfois des petits bisous dans le cou’ mais gars c’est une agression allô”, “Ah bah non, mec, t’es pas dans la drague lourde, là, t’es déjà dans l’agression sexuelle en fait”, “Euh… à quelle époque ça a été ok en fait ?”, peut-on lire parmi les centaines de commentaires sur Twitter. Patrick Poivre d’Arvor reste présumé innocent des faits qui lui sont reprochés jusqu’au jugement de l’affaire.

“Ah oui l’ambiguïté…” : cette phrase résume assez bien cette (longue) interview de #PPDA dans #Quotidien

Catastrophique l’interview de PPDA chez @Qofficiel. Lui, sur la défensif et incohérent dans ses propos (en plus de tout mélanger) et Barthes qui ne sert à rien d’autre que de laisser son invité servir sa soupe. C’est quoi cette émission ?

J’ai zappé pour pas voir la gueule de Sarkozy monté sur ressorts et je tombe sur PPDA qui nous explique que tout ce qui lui arrive c’est à cause de son charme et de sa notoriété. Pourquoi j’allume encore la télé moi

#ppda qui chouine sur #Quotidien c’est juste ignoble.
Sans compter qu’il lâche tranquille que la bonne époque époque des petits bisous dans le cou de la stagiaire lui manque…
DAMN … pic.twitter.com/rDf9k7mfHP

Ce tapis rouge offert à PPDA, sans vraie contradiction (la seule a été proposée par Julien Bellver), dans laquelle il déroule les arguments classiques de discrédit de la parole des victimes (coup de pub, problèmes psy…), est dégueulasse. https://t.co/c3iv0jUz0I

PPDA qui sort dans le + grand des calmes qu’il comprend que nous vivons dans une époque où les bisous dans le cou ne sont plus tolérés

Je ne vois absolument pas comment tu peux marcher tranquille dans un couloir puis faire un bisou dans le cou d’une collègue ni vu ni connu

WTF

@PPDA : « Oui, ces anciennes pratiques, le petits bisous dans le cou, ça n’est plus accepté aujourd’hui, mais je n’ai jamais été dans la drague lourde »

Ah bah non, mec, t’es pas dans la drague lourde, là, t’es déjà dans l’agression sexuelle en fait.

A lire aussi : Carlos Ghosn, Nicolas Sarkozy, PPDA… les téléspectateurs choqués par la programmation du groupe TF1

Source: Lire L’Article Complet