On n’est pas couché : Laurent Ruquier et Catherine Barma portent plainte l’un contre l’autre

Laurent Ruquier et Catherine Barma ont décidé de passer à la vitesse supérieure. L’animateur et la productrice ont chacun porté plainte l’un contre l’autre. En cause ? L’arrêt d’On n’est pas couché sur France 2.

Laurent Ruquier

Catherine Barma

Le 4 juillet 2020, Laurent Ruquier animait la toute dernière émission d’On n’est pas couché. Le clap de fin de 14 années sur France 2 après des baisses d’audience mais également de gros différends avec la productrice Catherine Barma. L’animateur a donc préféré tout arrêter pour se lancer aux commandes d’un nouveau programme : On est direct. Mais les problèmes sont loin d’être réglés entre le présentateur et la productrice. Selon des informations de Capital, ces derniers se sont même officiellement lancés dans une guerre devant les tribunaux ! Le 21 avril, Laurent Ruquier a ainsi “saisi en urgence” le tribunal de commerce de Paris pour réclamer 315 891 euros. “Selon lui, il s’agit d’argent provenant de France 2, qui aurait dû lui être reversé selon le contrat de co-production du talk show du samedi soir“, explique le média. Toujours selon Capital, Gilles Petit, l’agent de Laurent Ruquier, a également réclamé 11 037 euros à Catherine Barma.

Une bataille sans merci

Face à une telle attaque, Catherine Barma a répliqué. Le 12 mai dernier, la productrice a, elle aussi, porté plainte. Elle demande réparation car Laurent Ruquier a rompu unilatéralementleur contrat. C’est donc une bataille sans merci que se livrent les deux anciens collaborateurs. Selon Capital, la demande en urgence de l’animateur ne pourra donc pas être examiné tout de suite. Le tribunal de commerce de Paris a ainsi demandé plus de temps pour examiner les deux dossiers. Catherine Barma et Laurent Ruquier devraient donc prochainement faire leurs retrouvailles devant la justice alors qu’aucun accord à l’amiable n’avait abouti. Capital rappelle ainsi que la productrice avait déjà tenté de demander à son ex-acolyte de mettre la main à la poche pour payer la moitié des licenciements après la déprogrammation du talk-show. Un geste logique pour elle car le présentateur en était le coproducteur. Un avis que ne partage pas Laurent Ruquier. L’affaire est désormais entre les mains de la justice.

Source: Lire L’Article Complet