« On ne peut plus manigancer tranquille ! », se plaint Booba

Les fans de Booba ont eu peur mardi dernier en découvrant le message « ce compte n’existe pas » alors qu’ils tentaient d’accéder au compte Twitter du rappeur, suivi par 5,7 millions d’abonnés.

Ils avaient de quoi : l’artiste est notoirement en délicatesse avec les réseaux sociaux. En janvier, Twitter avait suspendu son compte temporairement à cause d’une photo de profil litigieuse. Puis, le 13 juillet dernier, la justice a ordonné la fermeture du compte [email protected] sur lequel le rappeur postait. A l’origine de cette décision, une plainte de la femme d’affaires Magali Berdah, «impératrice des influenceurs» et fondatrice de la société Shauna Events, qui conseille les stars de la téléréalité.

La jeune femme accuse le rappeur de cyberharcèlement. Ce dernier lui reproche à elle et à d’autres influenceurs d’être des escrocs et l’a fait savoir à de nombreuses reprises sur ses différents comptes.

« J’ai du miel à ne plus savoir qu’en faire »

Mais, cette fois-ci, c’est Booba lui-même qui avait désactivé son compte Twitter, comme l’a révélé BFMTV

Percé à jour, le Duc de Boulogne est vite revenu avec ce message : « Vous cassez les couilles BFM on peut plus manigancer tranquille !!! J’ai du miel à ne plus savoir qu’en faire !!! »

Vous cassez les couilles BFM on peut plus manigancer tranquille!!! 🤣🏴‍☠️ j’ai du miel à ne plus savoir qu’en faire!!! ⏳🍯🐻 pic.twitter.com/Zgw6PICq1U

Illustration

L‘accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur « J‘ACCEPTE », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires

Et pour mieux rémunérer 20 Minutes, n’hésitez pas à accepter tous les cookies, même pour un jour uniquement, via notre bouton « J‘accepte pour aujourd‘hui » dans le bandeau ci-dessous.

Plus d’informations sur la page Politique de gestion des cookies.

Depuis, c’est business as usual pour Booba, qui continue sa croisade contre Magali Berdah et la « culture du vide ».

« On a toutes les preuves je n’ai pas le droit de révéler ici les éléments du dossier mais…. Question de temps », a-t-il notamment tweeté hier.

Source: Lire L’Article Complet