Nicola Sirkis (Indochine) : un papa qui a du mal à accepter que sa fille quitte le nid

Nicolas Sirkis s’est confié sur sa vie de famille sur RFM, ce dimanche 9 mai. L’occasion d’évoquer avec émotion le départ de sa fille Théa du domicile familial.

A propos de


  1. Nicola Sirkis

Nicola Sirkis comme on le voit rarement. Ce dimanche 9 mai, le chanteur du groupe Indochine était l’invité de Bernard Montiel sur RFM, et il a fait quelques confidences sur sa fille Théa. Celle-ci, aujourd’hui âgée de 19 ans, est né de son union avec Gwenaëlle Bouchet, de qui il est aujourd’hui séparé, et elle a quitté le domicile familial à peine majeure. “Quand on est père et que tout d’un coup, à 18 ans…,” s’est-il ému. Et d’ajouter : C’est terrifiant une chambre vide.

Toutefois, Nicola Sirkis a précisé qu’il n’avait pas voulu la chambre de celle qui est à l’origine de “sa renaissance”. “Elle n’est pas vide parce que j’ai laissé tout en place, parce qu’elle va revenir. Enfin, j’espère,” s’est-il amusé. Et d’imaginer que sa fille ne revienne pas, car elle aurait rencontré l’amour : “Non, elle peut attendre, d’abord les études, après on verra“. Puis d’expliquer : “Elle est partie faire ses études ailleurs, il y a eu le confinement qui nous a un peu… (…) Donc ouais, c’est un peu violent quand même.

Pas de privilèges pour ses enfants

Au chroniqueur de Touche pas à mon poste, Nicola Sirkis s’est confié sur l’éducation donnée à ses enfants (Il est aussi papa de deux garçons, Alice-Tom, 10 ans et Jules, 5 ans). Le chanteur avait fait quelques confidences à Yann Barthès dans Quotidien peu après avoir été confiné avec ses enfants. “J’étais avec ma fille et puis quand j’ai eu mes deux garçons, c’était plutôt un œil sur la guitare, un œil sur la bagarre. Parce qu’il faut gérer quand on en a trois tout seul“, avait-il raconté. Quid de leur éducation ? Les trois bambins n’ont pas tout ce qu’ils souhaitent sur un plateau en or. “Elle (Théa) ne bénéficie d’aucun privilège. Je refuse de l’élever dans le luxe et l’opulence,” assurait-il dans Elle, en 2013.

Crédits photos : DOMINIQUE JACOVIDES / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet