Moundir rescapé de la Covid-19 : pourquoi il a catégoriquement refusé certains traitements à l’hôpital

Moundir est désormais guéri de la Covid-19 mais il n’oubliera jamais le cauchemar qu’il a vécu. Au micro de Sud Radio, il a même révélé que lors de son hospitalisation, les médecins lui avaient proposé deux protocoles pour le sauver.

Moundir Koh-Lanta Zoughari

Il y a quelques semaines encore, Moundir pouvait à peine marcher et respirer normalement. Touché très violemment pas le virus de la Covid-19, l’ancien aventurier de Koh-Lanta a échappé de peu à la mort. Après une hospitalisation, le mari d’Inès avait été placé en réanimation. Des jours et des jours de calvaire pour ce père de famille de 47 ans qui n’a cessé de se battre pour sa santé. Après une longue convalescence et une rééducation, le papa d’Aliya, Ali et Aya est désormais tiré d’affaire. Malgré quelques séquelles, Moundir est finalement debout et prêt à reprendre sa carrière en main et son combat contre ceux qui l’appelle les “influmenteurs.

Alors qu’il fait le tour des médias dans le cadre de la promotion de son livre autobiographique Père et fils, Moundir continue de mettre en garde son public contre les dangers du coronavirus. Surtout que certains, complotistes ou anti-vaccins, continuent de lui envoyer des messages. Et ça été le cas ce mardi 8 juin lorsqu’il était au micro de Sud Radio. Interrogé sur les effets secondaires du vaccin, la réponse de Moundir a été très claire. “Avant de voir les effets secondaires sur ce vaccin, il y a même des effets secondaires sur un anticoagulant que j’ai eu. Ce monsieur devrait découvrir l’expérience d’être malade, en réanimation, et je pense qu’il changera d’avis“, a-t-il déclaré. Et d’ajouter : “C’est tout sauf une grippe parce que j’aurais aimé avec une grippe à ce moment-là“.

Je ne veux pas qu’on m’injecte des choses qu’on ne connaît pas

Moundir en a également profité pour faire une révélation au sujet de son hospitalisation. “Lorsque j’ai été hospitalisé pendant 18 jours, dont 5 jours en réanimation, à l’intérieur de l’hôpital public, on m’a proposé deux protocoles que j’ai refusés, a-t-il confié. Je me suis dit : ’au pire, si je dois partir de ce monde, je ne veux pas qu’on m’injecte des choses qu’on ne connaît pas. Soit vous me sauvez de cette manière-là, c’est-à-dire perfusé et avec l’oxygène, mais je ne m’injecte rien du tout’.”

Moundir a aussi insisté sur l’importance de la vaccination et raconté ses difficultés pour être transporté aux urgences : “Je fais partie de cette génération où on doit se vacciner pour protéger les autres. Maintenant, il y en a qui ont leur histoire, prions pour qu’ils ne tombent pas malade. Mais le jour où ils tomberont gravement malade et que le Samu ne peut pas venir comme ça a été le cas pour moi, c’est mon petit frère qui m’a emmené d’urgence à l’hôpital. Il fallait attendre quatre heures pour une ambulance. Et quand vous arrivez aux urgences et qu’il faut attendre 5 heures pour passer alors que vous commencez à étouffer, là on commence à s’inquiéter”. Un témoignage qui fait réfléchir.

[#SudRadio] @moundirofficiel "Ce que je peux vous dire, c'est que le #Covid19 est tout sauf une grippe, car j'aurais aimé avoir une grippe à ce moment là ! La plupart des gens se sont fait vacciner et tant mieux"

➡️ https://t.co/35EqORjXHG pic.twitter.com/gRn0dSr5SB

Source: Lire L’Article Complet