Mort de Sébastien Demorand, ancien juré de Masterchef sur TF1

Sébastien Demorand s’est éteint des suites d’une longue maladie à l’âge de 50 ans.

C’est uns très triste nouvelle qu’a annoncée Le Point ce matin : Sébastien Demorand est décédé à l’âge de 50 ans des suites d’une longue maladie. Il était un très célèbre critique gastronomique. Journaliste de formation, il commence sa carrière sur les ondes d’Europe 1, radio où il travaille pendant six ans. Puis, il rejoint en 1999 la maison d’édition Gault et Millau. Durant trois ans, Sébastien Demorand collabore à la rédaction du célèbre et très influent guide des restaurants, concurrent du guide Michelin.

A partir de 2002, Sébastien Demorand fait le choix de l’indépendance en travaillant à son compte et collabore avec plusieurs journaux et magazines culinaires (L’Optimum, Le Parisien, Le Guide du Fooding…). Il publie en parallèle ses propres livres de cuisine et devient le référent gastronomie de la radio RTL, que ce soit dans sa chronique Ça vaut le goût ou dans son émission Maison Jardin Cuisine. C’est en 2010 que Sébastien Demorand s’installe durablement sur le petit écran en intégrant le jury du concours culinaire de TF1, Masterchef. Aux côtés des deux chefs Yves Camdeborde et Frédéric Anton, il passe pour un juré impitoyable mais apprécié des candidats, qui le surnomment affectueusement “Assurancetourix”. En 2011, il apparaît dans la version américaine de Masterchef pour juger les plats des quatre derniers candidats.

Cogérant d’un restaurant

En mars 2016, la carrière de Sébastien Demorand prend un nouveau tournant avec l’ouverture du Bel Ordinaire, une épicerie, cave et restaurant du 10e arrondissement de Paris. Il en est le cogérant. “Je suis passé de l’autre côté de la farce, mais je n’ai pas changé de philosophie, expliquait-il alors au Parisien. “Je continue mon petit bonhomme de chemin en faisant partager ce que j’ai trouvé bon. Je suis toujours le pédago du goût.” Le frère du journaliste Nicolas Demorand était toujours à la recherche de “produits d’exception, qui n’ont pas un prix mais une valeur, comme il aimait à le dire. Et l’ancien partenaire de Frédéric Anton et Yves Camdeborde à l’écran d’assurer en guise de conclusion sur son rôle dans Masterchef : “Je pense avoir toujours été juste et sincère en tant que chroniqueur, et je tiens à l’être dans le restaurant. Certains chefs m’attendaient au tournant. Mais tous ceux qui sont venus ont été séduits !” Ses clients l’étaient en tout cas, puisqu’il avait ouvert un autre Bel ordinaire, dans le 5e arrondissement de Paris.

Source: Lire L’Article Complet