« L’attitude a changé » : comment Marine Le Pen s’est réinventée pour sa 3e présidentielle

Marine Le Pen a lancé sa campagne à Féjus ce dimanche 12 septembre. Sur scène, le comportement de la candidate RN à la présidentielle a changé, laissant à Jordan Bardella le rôle de tacler la concurrence.

En cette rentrée, Marine Le Pen a donné son premier meeting de campagne devant 900 militants ce dimanche 12 septembre, au théâtre romaine de Fréjus dans le Var. Sur l’estrade, la candidate du Rassemblement national à l’Élysée en a profité pour opérer un changement stratégique pointé par le journal Libération. Si Marine Le Pen a ressorti ses grands classiques comme l’instauration d’un référendum sur l’immigration ou encore l’instauration de la proportionnelle, “son attitude, en revanche, a changé”, assure le quotidien. Lors de ce meeting, Marine Le Pen a pris de la “hauteur“, contrairement à Jordan Bardella, le nouveau président du Rassemblement national : À elle la grandiloquence : ‘Cette présidentielle, ce ne sera pas seulement un choix de société (…), ce sera un choix de civilisation’. À lui les mots assassins : ‘Macron n’aura réussi qu’à relever qu’un seul défi : celui de McFly et Carlito‘”, constate Libération.

Des militants RN ne croient pas en la victoire de Marine Le Pen en 2022

Une pique lancée au président de la République, comme une campagne de second tour. Marine le Pen surfe sur des sondages qui la placent au second tour de la présidentielle face à Emmanuel Macron. 2022 aux allures de 2017. Il y a quatre ans, les deux candidats s’étaient affrontés lors d’un débat d’entre deux tours soldé l’échec calamiteux de Marine Le Pen. Depuis, la candidate à l’Élysée reconstitue lentement son capital politique. Selon le baromètre annuel Kantar-OnePoint pour Le Monde et Franceinfo, 56 % des Français estiment que le Rassemblement national peut arriver un jour au pouvoir, soit une hausse de 9 points en un an. L’augmentation est particulièrement notable chez les sympathisants de gauche avec +15 points sur l’année.

Pourtant, comme le rapporte Libération, certains militants venus à Fréjus ne croient pas à la victoire de Marine Le Pen en 2022 : “Je vais voter pour elle bien sûr, mais je ne crois pas qu’elle va gagner la présidentielle”, explique Sylvie, 65 ans, à nos confrères de Libération. Pour Pierre, 70 ans, la candidate RN n’accédera jamais au pouvoir car “quand on met Julien Odoul [tête de liste en Bourgogne] ou l’autre inverti dans le Nord comme tête de liste aux régionales, comment voulez-vous que cela parle aux gens ?” Une vidéo intime de Julien Odoul a circulé sur Internet, quant au second, Sébastien Chenu, il a fait son coming out lorsqu’il était encore à l’UMP. Il y a des a priori coriaces au sein des militants du Rassemblement national…

Crédits photos : Thierry Breton / Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet