Karine Lacombe interpelle Emmanuel Macron sur le déconfinement : "L’été peut devenir un cauchemar"

Suite aux annonces d’Emmanuel Macron sur les différentes étapes du déconfinement qui débutera le 3 mai 2021, Karine Lacombe a fait part de son inquiétude au sujet de l’été qui arrive à grands pas. L’infectiologue a tiré la sonnette d’alarme dans les colonnes de Libération le 29 avril 2021.

  • Emmanuel Macron

Un peu d’air… Un an après l’arrivée de la Covid-19 sur le territoire Français, trois confinements et plusieurs variants menaçant la santé des Français, Emmanuel Macron a finalement décidé de lâcher un peu de leste. Jeudi 29 avril 2021, le mari de Brigitte Macron a donc annoncé les quatre étapes du déconfinement qui débutera le 3 mai prochain avec la fin de la limite des 10 kilomètres pour tout déplacement compris entre les heures de couvre-feu. Ce même couvre-feu qui lui, restera de vigueur jusqu’en juin assurément. Des annonces qui ont redonné le sourire aux concitoyens qui pourront donc retrouver les restaurants, terrasses de bar et musées dès le 19 mai 2021. Pour Karine Lacombe, infectiologue à Paris, ces mesures pourraient être un désastre…

“Il faut élargir, et vite !”

On espère vraiment que le gouvernement tiendra ses engagements, et qu’il sera intransigeant sur la non-réouverture en cas d’une nouvelle hausse épidémique, même légère, car on ne peut pas prendre le risque de rajouter une charge à des hôpitaux encore totalement dans le dur“, a-t-elle expliqué dans les colonnes de Libération le 29 avril 2021. En effet, pour la maman de la petite Ysatis, les Français ne sauraient se dépêtrer de cette épidémie sans une accélération massive de la campagne vaccinale. “Il faut élargir, et vite ! Enlever les freins pour proposer une dose à toutes les personnes qui ne demandent que ça. Sinon, l’été peut devenir un cauchemar“, a-t-elle assuré non sans crainte.

Interrogée quelques heures après les annonces d’Emmanuel Macron sur le plateau de BFMTV au sujet des levées de restrictions du Président, Karine Lacombe n’a pas caché son scepticisme : “C’est de nouveau un pari politique (…) On est quand même dans une situation sanitaire qui n’est absolument pas satisfaisante“, a-t-elle tranché. Lors de son discours, le président de la République l’a pourtant assuré, “des freins d’urgence” pourraient être actionnés “dans les territoires où le virus circulerait trop”. Une précaution qui devrait rassurer Karine Lacombe jusqu’en été…

Source: Lire L’Article Complet