Jonathann Daval « apaisé » : son avocat donne de ses nouvelles

Alors que la famille d’Alexia Daval vient de réclamer plus de 800.000 euros de dommages et intérêts, l’avocat de Jonathann Daval a donné des nouvelles de son client sur BFM TV.

Jonathann Daval n’en a pas encore fini avec la justice. Condamné à 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia au terme d’un procès surmédiatisé, l’informaticien vient de voir son ex belle-famille réclamer plus de 800.000 euros devant la cour d’assises de la Haute-Saône. Un nouvel épisode qu’il semble toutefois vivre avec un peu moins d’appréhension.

Il est beaucoup plus apaisé depuis son procès qui a été un moment très intense, très difficile, très dur, c’était trop compliqué pour lui à gérer, a jugé Me Randall Schwerdorffer au micro de BFM TV. Maintenant, il attend avec impatience d’être affecté en centre de détention, de pouvoir travailler, de pouvoir suivre des formations, d’être de nouveau en contact avec un cercle un peu plus élargi que simplement l’administration pénitentiaire, d’autres co-détenus”, a ajouté l’avocat de Jonathann Daval, absent de l’audience civile et toujours incarcéré à Dijon.

“Le prix accordé en moyenne est entre 20.000 et 30.000 euros”

Au passage, Me Randall Schwerdorffer en a profité pour rappeler qu’il jugeait les sommes réclamées disproportionnées. “Je ne vois pas comment l’argent peut vous rendre ce que vous avez perdu, estime-t-il. Au-delà de ça, la jurisprudence est très claire, cette souffrance est habituellement quantifiée pour des gens qui perdent un enfant (…) dans des conditions criminelles. Le prix accordé à cette souffrance est en moyenne entre 20 et 30.000 euros (…). Le caractère médiatique ne rend pas ce prix supérieur, que l’affaire soit médiatique ou pas, la souffrance est la même”, pense l’avocat, qui ajoute toutefois que son client “acceptera” le montant décidé.

Pour Me Jean-Hubert Portejoie, avocat des parents, de la soeur et du beau-frère de la victime, les demandes “aussi importantes soient-elles, tiennent compte de la médiatisation, de l’accumulation de drames vécus par les parties civiles et de leur liens fusionnels avec Alexia“. Les parents demandent en effet 365.000 euros, dont 60.000 euros de préjudice professionnel après la vente de leur bar-tabac. La soeur et le beau-frère d’Alexia réclament de leur côté 200.000 euros et 30.000 euros pour leurs deux enfants, tandis que des oncles et tantes d’Alexia demandent également plusieurs dizaines de milliers d’euros. La cour rendra sa décision le 25 mai.

Crédits photos : Bruno Grandjean / Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet