"J'étais sur le c*l" : les surprenantes origines de Michel Sardou révélées par un test ADN

Ce jeudi 6 mai 2021, Michel Sardou était invité sur le plateau de l’émission "L’heure des pros 2" sur CNEws. Face à Pascal Praud, le chanteur a expliqué comment il a appris ses véritables origines, grâce à un test ADN.

Michel Sardou assure en ce moment la promotion de son autobiographie baptisée “Je ne suis pas mort… Je dors”. Après un passage remarqué dans “Sept à Huit” où il est revenu sur sa brouille avec Johnny Hallyday et sa mauvaise blague sur Jade et Joy, le chanteur était ce jeudi 6 mai sur le plateau de l’émission “L’heure des pros 2” sur CNews.

En discutant avec Pascal Praud, l’artiste de 74 ans a expliqué avoir eu des révélations surprenantes sur ses origines. Michel Sardou a ainsi expliqué avoir découvert lors d’un repas avec amis, l’existance d’un “système de recherches ADN” : “Je me suis dit : ‘Tiens, c’est marrant ça. Je vais le faire !’” a-t-il lancé avant d’ajouter : “On m’envoie le goupillon et je l’envoie”. Le chanteur explique qu’il imaginait alors avoir du sang “italien ou, au mieux, grec, peut-être” mais qu’il est tombé de haut en recevant les résultats : “Le retour, c’est : 10 % Italien. Tout le reste, c’est Écossais, Gallois, Irlandais !” a déclaré Michel Sardou assurant être “resté sur le cul”.

“Oui, je suis citoyen d’honneur, mais je ne pensais pas… Peut-être que Les Lacs du Connemara, c’est un vieil aïeul qui est revenu !” a continué le chanteur qui vient de répondre à des accusations de racisme.

Dans un long entretien accordé à Paris Match, l’artiste est en effet revenu sur certaines paroles de ses chansons : “Je passe pour un réac parce que j’ouvre ma gueule, je dis ce que je pense. Mais quand on dit ‘Sardou est de droite’, on sous-entend souvent ‘d’extrême droite’. Or ça, je ne l’ai jamais été. L’idée que ces gens-là puissent prendre le pouvoir me rend très… perplexe”. Et de conclure : “Quand on écrit une chanson, on ne pense pas à l’avenir du monde ni aux élections qui viennent. Enfin… certains, oui. Il y a des chanteurs engagés ; moi, je n’ai jamais voulu en être un”.

Aliénor de la Fontaine

Source: Lire L’Article Complet