Jean-Pierre Pernaut : cette émission qu’il détestait et "lui donnait des boutons"

Jean-Pierre Pernaut, à peine parti du JT de 13 heures de TF1, dévoile ses mémoires, 33 avec vous, dont les bonnes feuilles sont publiées dans Le Parisien le 7 février 2021. Il y parle d’une émission qu’il détestait vraiment.

  • Jean-Pierre Pernaut

Jean-Pierre Pernaut a beau avoir quitté la présentation du JT de 13 heures de TF1 au mois de décembre 2020, il n’en reste pas moins très occupé. L’un des journalistes préférés des Français reste actif et, après avoir observé les premiers pas de Marie-Sophie Lacarrau dans son fauteuil, puis lancé sa nouvelle émission sur LCI, il se consacre désormais à un autre projet : la promotion de ses mémoires. Le jeudi 11 février 2021, son livre 33 ans avec vous (Michel Lafon) sera disponible et le journaliste, fidèle à son image de grande gueule, ne se gêne pas pour y raconter ses vérités. Dimanche 7 février, Le Parisien/Aujourd’hui en France a dévoilé certains des extraits de ce récit très attendu et, le moins qu’on puisse dire, c’est que Jean-Pierre n’a pas peur de se faire des ennemis !

Jean-Pierre Pernaut n’est pas attristé par la fin de cette émission qu’il détestait

Ainsi, on apprend qu’il détestait au plus au point Les Guignols de Canal+. Ils “lui donnaient des boutons”, précisent même nos confrères. Dans son livre, le journaliste de 70 ans n’y va pas avec le dos de la cuillère concernant la pastille humoristique. “J’ai toujours détesté et j’avais le culot de le dire”, écrit-il, en précisant que l’émission de marionnettes n’était qu’une “bien pâle copie du Bébête Show”, avec un “humour malsain”. Son JT aux audiences astronomiques, toujours très orienté sur les régions, y était souvent moqué. “Sans doute parce que les auteurs de ces sketchs, qui avaient une bien curieuse conception de l’histoire, estimaient que s’intéresser aux gens et aux régions était forcément le signe d’un militantisme d’extrême droite”, juge Jean-Pierre, qui ne semble pas du tout attristé par la disparition des marionnettes, supprimées de l’antenne en 2018. “D’autres émissions les ont remplacés. Comme pour les bouchons de l’autoroute, c’est désolant, mais on s’y habitue…”, confie le journaliste, qui semble ne pas avoir oublié les critiques dont il a souvent été la cible.

Source: Lire L’Article Complet