Jean Castex mal à l’aise à la télé : il traîne les pieds

D’après nos confrères du Point, Jean Castex ne serait pas très à l’aise à l’idée de devoir passer à la télévision dans le cadre de ses fonctions de Premier ministre. Les médias, très peu pour lui !

Jean Castex, le meilleur ennemi de Bruno Le Maire, n’est jamais très emballé à l’idée de devoir passer à la télévision. Dans les colonnes du Point, les lecteurs peuvent apprendre que les conseillers et le directeur de cabinet du Premier ministre, Nicolas Revel, ont notamment dû insister auprès du successeur d’Édouard Philippe pour qu’il accepte d’aller sur le plateau du 20 Heures de TF1, le 1er novembre dernier, afin de dévoiler plus de détails au sujet du reconfinement. “Ça a été la croix et la bannière, il ne voulait pas, il répétait : ‘J’ai du travail'”, se souvient un proche du chef du gouvernement au sujet de ce passage télévisé au cours duquel l’un des gestes de Jean Castex avait fait le buzz.

Il semblerait que Jean Castex soit en réalité résigné à ne pas pouvoir surpasser son prédécesseur en terme de popularité. “Comment veux-tu que je sois populaire en fermant les bars, les restaurant et les magasins ? Mais je suis là pour ça”, aurait-il déclaré en privé.

Emmanuel Macron demande aux ministres “d’aider Jean Castex”

Il faut dire que Jean Castex aurait déjà bien assez à faire avec ses fonctions de Premier ministre pour avoir le temps de préparer ses passages à la télévision. D’ailleurs, à l’aube du reconfinement, Emmanuel Macron aurait demandé, selon Le Point toujours, aux ministres “d’aider Jean Castex”, pourtant surnommé avant de devenir Premier ministre le “monsieur déconfinement”. “Vous comprenez, si le Premier ministre ne passe pas l’hiver, le président ne passera pas l’été”, analysait une figure de la macronie dans l’hebdomadaire. Et pourtant, certains ministres notent des progrès au fil des mois : “Castex se débrouille de mieux en mieux. Il endosse petit à petit les habits du Premier ministre”, estimait l’un d’entre eux.

Crédits photos : Bruno Bebert / Bestimage

Source: Lire L’Article Complet